Livres

Un recueil de poèmes contre les coupes de Doug Ford

TORONTO — La mobilisation pour protéger les institutions et acquis francophones connaîtra un nouveau chapitre grâce aux auteurs et poètes de l’Ontario français. Dans un contexte d’incertitude, un recueil de poèmes inédits verra le jour prochainement.

«Le poème, c’est quelque chose qui part du cœur. La pensée l’habite, ça va de soi. Ça a une force de frappe. Il réagit dans l’immédiat, mais avec une mémoire profonde et transporte beaucoup d’émotions et de réflexions», explique Andrée Lacelle. «Le poème, c’est l’acte d’être. C’est l’acte d’être au monde et à part entière, dans notre vie intime et collective», renchérit-elle.

Le recueil franco-ontarien voit le jour dans le contexte de la crise linguistique déclenchée par le gouvernement de Doug Ford. Il devrait compter des dizaines de poèmes d’autant d’auteurs qui ont des liens forts avec l’Ontario français. Andrée Lacelle, qui est la poétesse officielle francophone de la Ville d’Ottawa, en assure la direction littéraire.

En novembre dernier, elle a lancé une première offensive littéraire de pair avec une vingtaine d’autres poètes. «Le poème rapaillé, dire la lumière de notre colère», s’est répandu comme une traînée de poudre. «Nous voulions maintenant faire quelque chose qui allait résonner, mais aussi qui allait avoir des retombées durables. Le livre était le support tout désigné», affirme Mme Lacelle.

«Un appel de textes a été envoyé le 21 décembre à des poètes franco-ontariens qui habitent dans la province ou ailleurs au pays. Déjà, on a eu des dizaines de réponses», se réjouit-elle.

Les poètes ont jusqu’au 2 février pour se faire entendre. Ils peuvent s’approprier différents thèmes: «Tenir tête à une autorité», «Un sentiment qui demeure vivace en dépit de ce qui le menace», «Qui résiste, qui a de la cohésion» «Résistance des matériaux et résistance électrique» et «Ce qui résiste au temps, aux causes de dissolution».

Pour lire l'article dans son intégralité, rendez-vous sur le site Web d'#ONfr.

Livres

Stephen King sauve la rubrique littéraire d’un journal du Maine

NEW YORK — Son journal local voulait supprimer les critiques littéraires pour réduire les frais : l’écrivain Stephen King a réussi, en quelques tweets, à sauver la rubrique menacée, heureux dénouement dans la lutte pour la survie que livrent de nombreux médias américains, frappés par la crise.

L’histoire a commencé vendredi, lorsque Stephen King, maître de l’horreur et du fantastique, a annoncé que The Portland Press Herald, un des principaux quotidiens de l’État du Maine, où il réside, allait supprimer sa rubrique dominicale consacrée aux livres écrits par des auteurs de ce petit État frontalier du Canada.

Arts et spectacles

Les magazines éducatifs franco-ontariens sont sauvés

TORONTO — Les seuls magazines éducatifs à l’intention des élèves franco-ontariens sont ramenés à la vie. Après l’annonce de leur mort en novembre, le Centre franco-ontarien de ressources pédagogiques (CFORP) confirme que le gouvernement a octroyé les fonds nécessaires à leur poursuite, au moins jusqu’à la fin de l’année scolaire.

« L’argent va rentrer d’ici quelques jours. Le message qu’on a reçu c’est que le ministère de l’Éducation a travaillé très fort sur son analyse et à la fin décembre, le ministère a décidé d’aller de l’avant avec l’ensemble des projets du CFORP, dont les magazines », se réjouit Claude Deschamps, directeur CFORP.

Arts et spectacles

Une soirée publique en hommage à Stan Lee aura lieu à Los Angeles

LOS ANGELES — Les plus fervents admirateurs de Stan Lee auront l'occasion de lui rendre hommage aux côtés de ses amis, de sa famille et de ses collègues lors d'une soirée en son honneur à Hollywood le 30 janvier, ont annoncé les organisateurs de l'événement, mercredi.

L'entreprise de Stan Lee, POW! Entertainment, a annoncé qu'on rendrait hommage à l'artiste de Marvel Comics devant le TCL Chinese Theatre, où ont été coulées ses empreintes de pieds et de mains.