En novembre dernier, « Le poème rapaillé », s'est répandue comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux.

Un recueil de poèmes contre les coupes de Doug Ford

TORONTO — La mobilisation pour protéger les institutions et acquis francophones connaîtra un nouveau chapitre grâce aux auteurs et poètes de l’Ontario français. Dans un contexte d’incertitude, un recueil de poèmes inédits verra le jour prochainement.

«Le poème, c’est quelque chose qui part du cœur. La pensée l’habite, ça va de soi. Ça a une force de frappe. Il réagit dans l’immédiat, mais avec une mémoire profonde et transporte beaucoup d’émotions et de réflexions», explique Andrée Lacelle. «Le poème, c’est l’acte d’être. C’est l’acte d’être au monde et à part entière, dans notre vie intime et collective», renchérit-elle.

Le recueil franco-ontarien voit le jour dans le contexte de la crise linguistique déclenchée par le gouvernement de Doug Ford. Il devrait compter des dizaines de poèmes d’autant d’auteurs qui ont des liens forts avec l’Ontario français. Andrée Lacelle, qui est la poétesse officielle francophone de la Ville d’Ottawa, en assure la direction littéraire.

En novembre dernier, elle a lancé une première offensive littéraire de pair avec une vingtaine d’autres poètes. «Le poème rapaillé, dire la lumière de notre colère», s’est répandu comme une traînée de poudre. «Nous voulions maintenant faire quelque chose qui allait résonner, mais aussi qui allait avoir des retombées durables. Le livre était le support tout désigné», affirme Mme Lacelle.

«Un appel de textes a été envoyé le 21 décembre à des poètes franco-ontariens qui habitent dans la province ou ailleurs au pays. Déjà, on a eu des dizaines de réponses», se réjouit-elle.

Les poètes ont jusqu’au 2 février pour se faire entendre. Ils peuvent s’approprier différents thèmes: «Tenir tête à une autorité», «Un sentiment qui demeure vivace en dépit de ce qui le menace», «Qui résiste, qui a de la cohésion» «Résistance des matériaux et résistance électrique» et «Ce qui résiste au temps, aux causes de dissolution».

Pour lire l'article dans son intégralité, rendez-vous sur le site Web d'#ONfr.