C'est jeudi qu'avait lieu l'ouverture de la 39e édition du Salon du livre de l'Outaouais.

Salon du livre de l'Outaouais: les trois singes de Confucius

Vous les reconnaissez, mais sans vraiment connaître leur origine asiatique lointaine, ces fameux trois singes de la sagesse autour de la maxime: «ne pas voir le Mal, ne pas entendre le Mal, ne pas dire le Mal». On les retrouve dans les Entretiens de Confucius et un peu partout depuis. Le premier petit singe se cache la bouche, le deuxième, les yeux et le dernier, les oreilles.

Les organisateurs du Salon du livre de l’Outaouais ont donc, cette année, décidé de jouer avec ce concept pour en offrir une version plus extravertie. Nos singes ne cachent plus rien: ils voient, entendent et disent, sans détour. Et c’est donc autour de la thématique «Voir, entendre, dire» que s’articule la 39e édition de cette année. On veut aussi déborder de l’éternel «lire et écrire», car aujourd’hui, avec les médias sociaux, les livres portés à l’écran, les soirées de poésie sur scène... la littérature se voit, s’entend et se dit. Les médias se fondent les uns dans les autres en un mariage parfait des genres et des idées. 

Cette année, plus de 500 auteurs déambuleront dans les allées du Palais des congrès de Gatineau jusqu’à dimanche pour y rencontrer leur public. 

Il s’agirait, de plus, d’une année record pour le Salon, en fait de nombre de prestations sur scène, car 150 activités se dérouleront sur l’une des trois scènes du Salon du livre, nous explique Véronique Grondin, responsable de la programmation: mini-conférences, entretiens, animations interactives... 

À cela, ajoutons près de 200 exposants et une tonne de livres à dévorer.

Cette année, le président d’honneur du Salon est l’auteur-comédien-metteur en scène Simon Boulerice. Il sera entouré des invités d’honneur de cette année, soit la poète-slameuse Marjolaine Beauchamp (représentant l’Outaouais), le romancier congolais Blaise Ndala (représentant l’Ontario francophone), le chef d’antenne de TVA et auteur, Michel Jean, et l’écrivain Robert Lalonde. L’auteure Chloé Varin, bien connue des jeunes pour sa série «Planches d’enfer», est porte-parole jeunesse du Salon, tandis que le Franco-congolais Wilfried N’Sondé est l’invité étranger de cette édition du Salon.

À surveiller aussi, plusieurs activités littéraires dites « hors les murs », à l’extérieur du Salon.   

Jacques Gauthier, Paul Roux et Philippe Simard accompagnés de Patrice Gaudreault, rédacteur en chef du Droit.

Paul Roux, Philippe Simard et Jacques Gauthier lauréats du prix littéraire Le Droit 2018

Les trois gagnants du prix littéraire LeDroit pour l’édition 2018 ont été dévoilés jeudi, lors d’une cérémonie tenue dans le cadre de la journée d’ouverture du Salon du livre de l’Outaouais.

Philippe Simard a décroché le prix dans da catégorie « fiction », grâce à Le petit Abram [éditions L’Interligne]. Il s’agit du tout premier roman de cet enseignant au Cégep de l’Outaouais.

Paul Roux est le lauréat 2018 dans la catégorie jeunesse, grâce au roman Gladiateurs virtuels » [Bayard Canada].

Initiateur du seul Baccalauréat en BD du Canada (à l’UQO) et fondateur de la première mouture du Rendez-Vous de la BD de Gatineau, M. Roux est l’auteur et/ou illustrateur de quelque 170 titres jeunesse.

Le jury a décerné le prix poésie à Jacques Gauthier, auteur de Un souffle de fin silence [éditions NOROIT]. Poète, essayiste et conférencier, Jacques Gauthier a publié plus de 70 ouvrages, dont une vingtaine de recueils de poèmes.

Le rédacteur en chef du quotidien Le Droit Patrice Gaudreault a félicité jeudi les trois lauréats, à qui il a remis une plaque honorifique et un chèque de 500 $.

Durant le Salon, les lauréats – et les 10 autres finalistes de ces prix – participeront à des tables rondes pour discuter de leur œuvre et de leur travail.

Ces panels auront lieu le dimanche 4 mars à 11 h 30 (jeunesse), 15 h 30 (poésie) et 16 h (Fiction).

Les discussions seront animées par la journaliste de Radio-Canada Valérie Lessard (qui était responsable de la section des arts du quotidien Le Droit jusqu’à récemment).

Ces prix étaient réservés à des auteurs ou des maisons d’édition entretenant des liens avec la région d’Ottawa-Gatineau.

La section des arts de samedi 3 mars comportera des entrevues-portraits de chacun des lauréats.