Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Monia Mazigh
Monia Mazigh

Rencontres littéraires : la Croisée des mots accueille Monia Mazigh

Yves Bergeras
Yves Bergeras
Le Droit
Article réservé aux abonnés
La série hivernale de rencontres littéraires Croisée des mots reprend ses activités, cette fois en compagnie de Monia Mazigh.

L’auteure, interviendra le 13 janvier (à 18h). Elle abordera son plus récent roman, «Farida», dont elle lira quelques passages, et répondra aux questions des internautes.

La rencontre sera animée par Hugues Beaudoin-Dumouchel. Elle se déroulera via la plate-forme Zoom, et sera comme d’habitude webdiffusée sur la page Facebook de l’Association des auteures et auteurs de l’Ontario français (AAOF).

Croisée des mots est une initiative de l’AAOF lancée en concertation en 2018 avec les Bibliothèques publiques de Toronto, avant d'étendre ce partenariat aux réseaux des Bibliothèques publiques d’Ottawa (BPO), de Hearst et du Grand Sudbury l'année suivante. (Cette année, le réseau torontois n'y participe pas.)

Entamée en septembre dernier, la présente saison se poursuivra jusqu’en mai 2021, au fil de rencontres mensuelles «inspirantes». Les prochains rendez-vous prévus sont avec Mishka Lavigne (17 février), Soufiane Chakkouche (17 mars) et Sonia-Sophie Courdeau (14 avril), avant de se conclure en compagnie de Charles-Étienne Ferland.

Militante des droits de la personne,  docteure en finance et femme de lettres née en Tunisie, Monia Mazigh s’est fait découvrir du grand public canadien au fil de son combat médiatique pour faire libérer son époux capturé en Syrie, Maher Arar, lutte dont elle a tiré le récit Les larmes emprisonnées en 2008. Elle a ensuite publié trois autres romans: Miroirs et mirages, Du pain et du jasmin et Farida.

Son plus récent livre, Farida, rend hommage aux femmes tunisiennes, en encourageant le lecteur à remettre en questions certains clichés liés à «l’ignorance, l’oppression ou la soumission des femmes arabo-musulmanes». 

«Sa participation à Croisée des mots démontre à quel point la BPO et l’AAOF contribuent à non seulement offrir une plateforme de discussion entre les auteurs et leurs lecteurs mais aussi à l’émancipation de la littérature francophone dans la région», a estimé la BPO par voie de communiqué.  

Renseignements: BPO : biblioottawalibrary.ca ; 613 580 2940. AAOF: aaof.ca ; 613 744 0902.


À LIRE AUSSI 

Notre entrevue avec l'auteure: Le féminisme au fond des cuisines