L’auteure Brigitte Vaillancourt.

Quand deux sœurs s’apprivoisent

Difficile de ne pas faire de lien entre la trame narrative du roman Les marées et la vie de son auteure, Brigitte Vaillancourt, quand on connait le parcours de cette dernière. Mais la romancière n’a pas seulement pigé dans sa vie personnelle pour écrire ce livre. Elle a plutôt cherché à bien doser les éléments autobiographiques et la fiction.

Comme le personnage principal des Marées, Brigitte Vaillancourt a une sœur qu’elle n’a connue que tardivement et qui habite loin du Québec. Et, au même titre que la fictive Capucine, elle est un jour partie à la rencontre de cette sœur inconnue, la tête remplie de questions.

« Mes parents ont eu une fille qui a été placée en adoption avant ma naissance, révèle la romancière. Contrairement à ce qui se passe dans le livre, ils ne m’ont jamais caché son existence. Mais j’avais déjà plus de 20 ans lorsque je l’ai rencontrée la première fois. »

Cette rencontre a visiblement marqué Brigitte Vaillancourt. « C’est particulier de trouver une personne qui te ressemble tout en étant, au départ, une parfaite étrangère. C’est le genre de situation qui pousse à la réflexion. Par exemple, est-ce que deux sœurs ainsi séparées ont un héritage commun malgré des destins complètement différents? »

Dans le roman et dans la vie, la sœur adoptée habite sur l’île de Jersey, un territoire voisin de la Normandie qui appartient au Royaume-Uni. L’endroit a un charme indéniable et ses marées sont parmi les plus impressionnantes sur la planète. « C’est un lieu magnifique! »

Plusieurs éléments composant la trame narrative du roman n’ont toutefois aucun lien avec la réalité. « 

Pour ce qui est des passages qui concernent ma famille, il y a beaucoup de fiction », note la principale intéressée.

Un second roman

Publié chez Boréal, Les marées est le second roman de Brigitte Vaillancourt. Sa première œuvre, Ta mère est folle, est parue chez Recto Verso en 2013 et a réussi à se tailler une place au palmarès de Communication-Jeunesse il y a trois ans.

« Je tire une plus grande satisfaction de la publication de mon deuxième roman, reconnaît-elle néanmoins. Je trouve qu’il me ressemble plus que le premier. »

Au départ, la romancière destinait Les marées à un public adulte. Mais Boréal a voulu en faire une œuvre jeunesse, comme Ta mère est folle. « Mon éditrice prend la littérature jeunesse au sérieux. Elle ose sortir des carcans de ce genre littéraire. Pour l’adapter aux jeunes, on a notamment retravaillé le niveau de langage », explique-t-elle.

Brigitte Vaillancourt a étudié en sciences politiques à l’Université du Québec à Montréal. Elle a tenté, à l’instar d’innombrables personnes, d’entrer dans le moule du boulot de « 9 à 5 » avant de s’apercevoir que ce mode de vie ne lui convenait pas.

« J’ai écrit mon premier roman durant un congé de maternité. Ça a été une sorte de tremplin vers un mode de vie sans 9 à 5 », confie celle qui s’est récemment installée dans la région de Memphrémagog avec sa famille.