L’auteur Jacques Gauthier sera présent au Salon du livre de l’Outaouais samedi à partir de 13h et assistera à une table ronde à 15h30.

Pause poétique

Auteur prolifique, Jacques Gauthier célèbre ses 40 ans d’écriture de poésie en recevant le prix Le Droit, dans la catégorie «poésie» pour son 21e recueil Un souffle de fin silence. Un ouvrage qui se veut plus personnel en effeuillant les différentes étapes de la vie de l’auteur, de sa naissance à sa mort.

«J’ai écrit plus de 1000 poèmes et j’avais besoin d’une rétrospective, de revoir ma vie en poésie, confie l’auteur originaire de la Mauricie et établi à Gatineau depuis une trentaine d’années. Mais il y a aussi des clins d’œil: Jean de la Croix, Saint-Denys Garneau, et Leonard Cohen.»

Périple poétique sur la vie, Jacques Gauthier, fervent croyant, se devait de laisser subtilement une empreinte religieuse sur ce recueil autobiographique.

«C’est un véritable pari aujourd’hui [d’aborder la religion], c’est un peu anachronique. Mais, ça fait partie de ma vie. Et je trouve que le recueil montre que c’est possible de rendre signifiante une foi sans faire de prosélytisme, qu’elle soit aussi poésie.»

Jacques Gauthier a accordé aussi une place aux faits qui ont marqué l’actualité et l’ont bouleversé. On pense notamment aux vers sur la mort du petit Aylan Kurdi, ce réfugié échoué sur une plage de Turquie dont la photo avait fait le tour du monde en 2015.

«Ça m’a chaviré de voir ce petit garçon. Ç’aurait pu être le mien, se désole-t-il. C’est un des rares recueils que j’ai écrits, où un tel degré d’acuité entre la souffrance personnelle et universelle se mêle à l’espérance.»

Nécessaire à la survie

Si selon l’auteur, les salons du livre consacrent de plus en plus de lectures de poésie, elle reste néanmoins un genre littéraire peu populaire. «Elle sera toujours minoritaire et c’est bien comme ça. La poésie ne sert à rien. Alors c’est d’autant plus révolutionnaire aujourd’hui, parce qu’elle n’apporte aucun rendement», souligne le poète.

L’auteur estime qu’à l’heure des réseaux sociaux et de l’instantanéité, la société a les yeux rivés sur les écrans. «La poésie, c’est un acte de résistance où on se permet de respirer, de s’arrêter et de lire un poème. Elle est nécessaire pour vivre. Plus de poésie, on étouffe», précise M. Gauthier.

Outre des recueils de poésie, Jacques Gauthier a également une pléthore de récits, d’essais et un roman. «La prose me donne un équilibre et me permet de respirer entre deux poèmes», souligne celui qui compte également un livre à succès paru en 1999, intitulé La crise de la quarantaine.

Aujourd’hui, Jacques Gauthier, qui a enseigné pendant vingt ans à l’Université Saint-Paul d’Ottawa, se consacre à l’écriture, et aux conférences et aux retraites religieuses qu’il donne au Québec et en France.