Jean-Philippe Dion devant le chalet de Lac-Brome de l’émission La vraie nature.

L’endroit et l’envers du décor de La vraie nature

Il n’aura fallu que deux saisons pour que La vraie nature fasse son nid dans les dimanches soirs des Québécois. Le rendez-vous aurait-il été aussi intime et enveloppant, n’eût été le fameux chalet de Lac-Brome ? On a un peu l’impression que le refuge au bord de la rivière est devenu un personnage en soi. Au point de lui consacrer un livre.

Mais réglons l’affaire une fois pour toutes. Le chalet dans lequel Jean-Philippe Dion chouchoute ses invités n’est pas le sien. C’est d’ailleurs la précision que l’animateur apporte dès les premières lignes du bouquin La vraie nature - Le livre du chalet qui a été lancé mercredi soir à Montréal.

« C’est vrai que le chalet est devenu un personnage de l’émission. On voulait d’ailleurs qu’il soit bien illustré dans le livre. En fait, on n’aurait pas pu tomber sur un meilleur lieu. On a visité 25 chalets avant de le trouver. Je voulais qu’il soit comme si c’était celui de ma grand-mère. Il n’était pas à louer, alors la boîte de production l’a acheté », rappelle-t-il en précisant qu’il n’a pas fait l’objet de grandes modifications, mais que sa décoration s’est faite « couche par couche », trouvaille par trouvaille, jusqu’à lui donner le cachet qu’on lui connaît.

Sous la plume de Jean-Philippe Dion, de son chum (et collègue sur l’émission) Martin Boisclair et de leur complice Martin Grenier, le bouquin a mis une année et demie à voir le jour. Le concept était clair dans son esprit, il fallait seulement qu’il arrive à bien l’expliquer à ses collaborateurs et à VLB, l’éditeur. « Je voulais prolonger l’expérience de l’émission. Je trouvais que le show s’articulait super bien en livre. On l’a construit comme les 24 heures de La vraie nature. Pour y arriver, il y a eu beaucoup d’heures de travail, beaucoup d’essais-erreurs ».

Le trio s’est en effet livré à un imposant travail de défrichage, en revisionnant les émissions des deux premières saisons et en fouillant dans les documents de recherche et d’entrevues. Une fois le tri effectué, les confidences d’une cinquantaine de personnalités invitées ont été retenues, puis racontées, de Marie-Mai à Michèle Richard, en passant par Jérôme Ferrer.

« Je ne suis pas dans un trip ésotérique ou psychopop dans la vie. J’essaie toujours de sortir de ça à l’émission. Je veux que les invités me racontent du concret. Pour ce livre, je voulais qu’on soit dans cette vérité, dans ce côté confortable, qu’il y ait de belles photos et que ça se lise bien. »

Cocktails et cordes de bois

Abondamment illustré, Le livre du chalet se feuillette lentement, à petites doses, avec la douce impression de faire partie du décor. Pour cela, le pari de l’équipe est réussi.

Les clins d’oeil à la vie de chalet y sont volontairement nombreux. On y apprend le nom des nuages et l’art de garder le Nord, on a droit à une leçon sur les champignons, on a accès à la liste des denrées essentielles de la pantry et au b.a-ba de la corde de bois. On propose même des listes musicales d’ambiance.

Les trois gars ont aussi pris soin d’y glisser quelques recettes incontournables de la vie de chalet — lire ici soupes réconfortantes et sucre à la crème —, mais aussi celles de certains de leurs invités. Bonjour le poulet à la braise de Manon Massé et l’osso buco de Lara Fabian.

Bonjour aussi les suggestions à boire, alcoolisées ou non, propices aux échanges.

Ces touches légères, souvent humoristiques, étaient importantes pour Jean-Philippe Dion. Elles permettent non seulement d’alléger la force de certaines confidences et d’agrémenter la lecture, mais elles sont aussi à l’image du ton général de l’émission, dit-il. « Il y a de l’humour dans La vraie nature ! »

Car l’action se passe autant devant que derrière les caméras lors de ces week-ends de tournage qui virent parfois à la fête. Comme Jean-Philippe Dion se plaît à le rappeler, il n’y a rien de mieux que le vin et les bougies pour attirer les confidences. Et permettre aux invités de se laisser aller. Souvent, la soirée s’étire bien après que les caméras se soient éteintes.

Quand on lui demande s’il songe à faire sien ce chalet qu’il aime tant, la réponse ne se fait pas attendre : « Il faudrait que j’anime encore plusieurs années pour pouvoir me l’offrir ! », termine celui qu’on reverra en ondes en février pour la troisième saison de La vraie nature.

Jean-Philippe Dion sera présent au Renaud-Bray de Granby le dimanche 17 novembre de 13 h à 15 h pour une séance de signatures.