Depuis trois ans, le Salon du livre dans l’Est ontarien a complètement disparu. Au désespoir de certains, il n’y a aucun signe que l’événement annuel reprenne souffle.

La disparition discrète du Salon du Livre dans l'Est ontarien

Depuis trois ans, le Salon du livre dans l’Est ontarien a complètement disparu. Au désespoir de certains, il n’y a aucun signe que l’événement annuel reprenne souffle.

À partir de 2010, l’Est de l’Ontario a eu droit à un salon littéraire annuel. D’abord connu en tant que Festival du livre, l’événement s’est réinventé en Salon du livre sous la direction de Marc Scott en 2012.

« En 2016, après cinq années de dur labeur, j’ai annoncé que j’allais passer le flambeau », explique M. Scott. « Plusieurs personnes se sont dites intéressées de prendre l’organisme en mains, mais ça est resté lettre morte. »

Un manque de bénévoles

Le Salon du livre dans l’Est ontarien n’avait aucun employé rémunéré. Selon M. Scott, il n’aurait jamais fait demande pour ce genre de financement. Tout était organisé par des bénévoles.

« Lors des trois ou quatre jours de l’événement, il n’y avait pas de problème à recruter des bénévoles », note l’auteur. « Il y avait plusieurs membres de la communauté et des jeunes du secondaire. Mais c’est le reste de l’année que ça posait problème. »

Même si la Salon se tenait en octobre, la planification commençait dès janvier. Lorsqu’on tient en compte les rapports à remplir après l’événement, il y a du travail à faire 12 mois par année.

« Pendant longtemps, nous étions deux à l’organiser », se souvient-il. « Je travaillais avec Rachel Boucher, la directrice de la bibliothèque de Casselman. »

Toutefois, lorsque Mme Boucher s’est retirée du projet, M. Scott a dû assumer l’ensemble du travail d’organisation.

« C’est un événement qui était tenu à bout de bras par des bénévoles qui ont fait un travail exemplaire avec les moyens qu’ils avaient », se rappelle le directeur général de l’Association des auteures et auteur de l’Ontario français (AAOF), Yves Turbide. « Mais, à un certain moment, il faut passer la main à autres gens. Manifestement, il n’y en avait pas d’autres qui étaient intéressés à prendre la relève. »

L’AAOF a brièvement considéré de prendre la balle au bond, note-t-il, mais le conseil d’administration a jugé que ce n’était pas dans son mandat.

« C’était impossible de se lancer dans un projet comme ça avec notre budget », affirme M. Turbide. « On aurait pu mettre en contact les forces vives sur le terrain pour créer une nouvelle équipe de bénévoles, mais on n’aurait jamais pu prendre le projet à notre charge. »

Un travail taxant

Pour tenter de bien couvrir le grand territoire des Comtés unis de Prescott et Russell, le Salon se tenait dans une nouvelle ville est-ontarienne chaque année.

« Le Salon s’est tenu à Hawkesbury, à Embrun, à Rockland, à Casselman », raconte le directeur. « On essayait de tourner dans les différents villages de la région parce qu’il semble que les gens se déplacent moins maintenant. Avec l’internet, les gens peuvent rester à la maison et acheter tout ce qu’ils veulent. »

Pour lire l'article intégral de Didier Pilon, visitez le site web d'#ONFR