Juré, craché!

«Juré, craché!»: malcommode Camille

CRITIQUE / «Juré, craché !» pourrait parler de gazon qui pousse ou de peinture qui sèche, on accrocherait quand même : c’est d’abord la qualité de l’écriture de Danièle Vallée qui frappe.

La conteuse chevronnée nous sert ici une prose rythmée, vivante et profondément imagée, pour suivre au « je » le train de pensée effréné de Camille. Camille, ingénue hilarante et effrontée, qui mène sans doute ni vergogne la conquête secrète du cœur de son prince.

Son insolence et son romantisme candide décrocheront les sourires à coup sûr. L’auteure réussit à nous faire vivre avec elle ses frustrations, ses inconforts et ses papillons au ventre — et joue des souvenirs du lecteur, car qui n’est pas coupable d’avoir rêvé éveillé de l’élu de son coeur sur les bancs d’école ?

Une lecture lumineuse et captivante, pour les nostalgiques des premières amours.