«Fear» s’est écoulé à 900 000 exemplaires le jour de sa sortie.

«Fear»: 1,1 million de livres vendus en une semaine

NEW YORK — L’ouvrage du journaliste d’investigation américain Bob Woodward sur la présidence Trump, «Fear», s’est vendu à plus de 1,1 million d’exemplaires pour sa première semaine en librairie, a indiqué mardi l’éditeur Simon and Schuster, meilleur démarrage jamais enregistré par cette maison qui publie notamment Stephen King et Mary Higgins Clark.

Pour le seul 11 septembre, jour de la sortie de ce récit qui brosse un tableau apocalyptique de la Maison-Blanche à l’ère Trump, Fear s’est écoulé à 900000 exemplaires.

Le journaliste du Washington Post a fait mieux que Le feu et la fureur de Michael Wolff, également consacré à l’administration Trump, jusqu’ici la référence cette année avec plus d’un million de copies vendues la première semaine.

L’éditeur a annoncé qu’il avait commandé une dixième impression du livre, ce qui portera le nombre de copies imprimées à 1,2 million, selon un communiqué publié mardi.

Fear est déjà disponible au Canada, en Australie, au Royaume-Uni et en Inde, publié directement dans tous ces pays par Simon and Schuster, qui a vendu les droits du livre dans 24 autres pays.

Depuis le début de l’année, les succès d’édition se multiplient pour les récits et essais qui évoquent de près ou de loin Donald Trump. Le feu et la fureur avait ouvert le bal, suivi de Mensonges et vérités de l’ancien directeur du FBI James Comey, puis de Unhinged de l’ancienne conseillère Omarosa Manigault Newman.

Donald Trump a cherché à discréditer à de nombreuses reprises le livre de Bob Woodward, connu pour ses révélations dans l’affaire du Watergate, qui a entraîné la démission du président Richard Nixon en 1974. «Une escroquerie», «du n’importe quoi», «une plaisanterie»: le président a multiplié les qualificatifs méprisants à l’endroit de l’ouvrage, critiquant notamment l’emploi de sources anonymes.