«C’est pas vrai que les artistes sont des paresseux. Ceux qui crèvent de faim, c’est parce qu’ils n’ont pas de travail», a affirmé Michel Tremblay dimanche à Tout le monde en parle.

L'étoile du match à Michel Tremblay

BLOGUE / C'est un Michel Tremblay splendidement en forme et enthousiaste qui s'est présenté sur le plateau de «Tout le monde en parle», diffusée dimanche. Un monument vivant, plein de projets, qui savoure encore la création, et qui inspire toujours la fierté. Un nouveau roman, une 32e pièce chez Duceppe, le 50e des «Belles-Sœurs», et des prix prestigieux à la pelle: ça bouge dans l'univers de Tremblay.

L'heureux auteur de 75 ans en avait quand même beaucoup à dire sur l'insuffisante augmentation de 4 millions de dollars, allouée par l'ex-ministre de la Culture, Luc Fortin, au Conseil des arts et des lettres du Québec. «J'avais l'impression qu'il lançait des pinottes dans une cage de singes en disant: «Partagez-vous ça et faites-nous rire après.» C'est ça les artistes. 4 millions sur [un surplus budgétaire record de] 4 milliards, c'est inimaginable», s'est-il indigné.

«C'est pas vrai que les artistes sont des paresseux. Ceux qui crèvent de faim, c'est parce qu'ils n'ont pas de travail», a-t-il dit, parlant d'une fausse croyance de la population. Dans ce plaidoyer en faveur des artistes, il a rappelé que la culture peut aussi être rentable. «Jamais un gouvernement du Québec n'a avoué que placer une piastre dans la culture, ça en rapporte quatre ou cinq!»

Il paraît en grande forme, même s'il a conservé des séquelles de son cancer. «Mais au moins, je suis vivant. C'est un prix à payer très peu élevé», dit-il, ajoutant que si son cancer l'avait emporté, la diaspora des Desrosiers n'existerait pas.

Trois députés contre un ministre, issus de quatre partis politiques, on ne voit pas ça souvent. À Amir Khadir, Pascal Bérubé et François Bonnardel, qui réclamaient des réponses de l'UPAC sur l'arrestation de Guy Ouellette, le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, a répété que les députés n'avaient pas à s'improviser enquêteurs ou inquisiteurs. «Il faut respirer par le nez», a dit le ministre, inébranlable.

Entre Guy Ouellette et Robert Lafrenière, qui dit la vérité? «Il ne faudrait pas jouer aux devinettes», répond le ministre Coiteux. Et sur la différence entre «piéger» et «appâter» invoquée par l'UPAC, le libéral répond: «C'est une différence aussi subtile que celle qui aurait entre un crocodile et un alligator.»

Au milieu d'un débat souvent cacophonique, Amir Khadir a accusé le ministre Coiteux de malhonnêteté intellectuelle. «Ça fait six ans qu'on attend les résultats d'enquêtes sur le financement illégal du Parti libéral du Québec», pas «une question d'individus mais de crime organisé».

Réjouissant duo de Gaspésiens que Klô Pelgag et Patrice Michaud, gagnants à l'ADISQ. La première, originale et pétillante, s'exprime beaucoup par son look et ses vêtements, peu importe les critiques. «Il y a tellement de raisons d'être fâché dans la vie. Si j'aime pas la tarte aux pommes, je vais pas lui enlever le droit d'exister», dit celle qui donne tous ses trophées à sa mère, sa fan numéro un.

Pour pouvoir utiliser les mots de Réjean Ducharme dans sa chanson Kamikaze, Patrice Michaud lui a écrit une lettre et l'a envoyée à son éditeur. Il ignore si l'auteur l'a lue, mais se réjouit d'avoir obtenu l'autorisation désirée. Avant de devenir connu, Michaud enseignait l'éducation au choix de carrière et la formation personnelle et sociale. Il a même eu Klô Pelgag, alors Chloé Pelletier-Gagnon, comme élève. «Un prof tellement charismatique!» dit la chanteuse.

«Comme tout le monde, j'ai trouvé ça inacceptable», a dit Maripier Morin au sujet des inconduites sexuelles d'Éric Salvail, qui produisait son talk-show Maripier!. Elle a préféré laisser la place aux victimes plutôt que de se prononcer sur les réseaux sociaux, et souhaite que la prise de conscience sur le harcèlement sexuel dure plus que deux semaines. Elle n'a pas parlé à Éric Salvail depuis la sortie du scandale, et reprendra le micro des «Fantastiques» cette semaine à Rouge FM, en alternance avec trois autres animateurs.

L'animatrice voulait garder sa journée de mariage privée, mais y consacre finalement trois émissions sur sa nouvelle plateforme numérique MaripierMorin.com. «J'avais envie que ça sorte à ma façon», dit-elle. L'ancienne beauté du «Banquier» n'a pas hésité une seconde à accepter le rôle que lui a offert Denys Arcand dans son prochain film, «Triomphe de l'argent». Elle avoue «avoir un kick» sur le cinéaste, et a eu la piqure du jeu durant le tournage.

Auteur de Mes 25 ans aux USA – Et puis Trump a été élu, le journaliste de La Presse Richard Hétu croit que Donald Trump complétera son mandat, entre autres parce que le Congrès est à majorité républicaine. L'affaire russe reste tout de même un dossier explosif. La question n'est plus de savoir s'il y a eu ingérence des Russes dans l'élection présidentielle, mais jusqu'où c'est allé. Ce passionné de politique, qui vit à Manhattan, est devenu citoyen américain en 2009, entre autres inspiré par son épouse afro-américaine, issue du quartier des Obama. Il souhaitait ainsi participer au débat démocratique en obtenant le droit de vote.

François Pérusse dû tout réécouter toute son œuvre sur disque pour en choisir ses morceaux préférés, qui figurent sur Best ove! Il a réussi à nous faire rire en parlant de la mort de son père. Quand celui-ci, qui avait beaucoup d’humour, lui a demandé de le «débrancher», il lui a répondu: «P’pa, t’es même pas branché!» En sortant de chez l’entrepreneur de pompes funèbres, il a fait son deuil en écrivant un sketch sur le sujet. «On s’est tous trouvés un peu niaiseux», dit-il, au sujet de Gilbert Rozon, arrêté en 1998, mais à qui on a fait une confiance aveugle depuis.

L’espace blogue du site est toujours en construction. Pour le moment, si vous voulez commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.