Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
<em>Les femmes du pavillon J</em>
<em>Les femmes du pavillon J</em>

Les femmes du pavillon J remporte les grands honneurs du festival Vues d'Afrique

Yves Bergeras
Yves Bergeras
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Le film marocain Les femmes du pavillon J, de Mohamed Nadif, a remporté le prix du meilleur long-métrage du Festival international de cinéma Vues d’Afrique (VA), dans la section Fiction internationale.

La 37e édition du festival s’est clôturée lundi 19 avril avec la traditionnelle remise des lauriers attribués aux meilleurs films présentés – virtuellement cette année – au fil de 10 jours de festivités.

La cérémonie de clôture, qui devait être diffusée en direct sur la page Facebook de Vues d’Afrique, n'a pas pu se tenir, lundi soir, ladite page ayant été la cible d'une «intrusion» de la part de pirates informatiques, ont expliqué les organisateurs de l'événement dans un message laissé à l'attention des Internautes.

La cérémonie, qui devait être animée par Éric M’Boua, a été reportée au lendemain, a indiqué une responsable des communications de VA, tard lundi. L'organisme n'était pas en mesure de préciser l'heure à laquelle elle pourrait être diffusée. Le communiqué de presse indiquant les noms des lauréats avait toutefois été acheminé aux médias en parallèle à cet acte de piratage.

Le prix de la meilleure interprétation féminine a été attribué à Amel Bent, pour son rôle dans Les sandales blanches de Christian Faure film présenté en ouverture de cette 37e édition – et à Rim Fethi, tête d’affiche de Les femmes du pavillon J ; les deux comédiennes se partagent le prix, ex-aequo.

Le prix du meilleur comédien est quant à lui tombé dans l’escarcelle d’Ali Elbouhali, pour sa prestation dans le film La tour du silence de Mohamed Aouad (Maroc).

Dans la section Documentaire international, les grands honneurs reviennent au long métrage sudafricain Buddha in Africa de Nicole Schafer, ainsi qu’à Ainsi parla la mer, pour lequel Arnold Antonin (d’Haïti) a décroché le prix du moyen et court métrage.

Le prix du meilleur court-métrage de fiction a été décerné à La roue tourne, du Sénégalais Mamadou Samba Diallo.

Une image tirée du film <em>Buddah in Africa</em>

Le prix du meilleur film d’animation revient à Mofiala, de Boris Kpadenou (Togo). 

Karma, d’Abdoul Karim Bague (Burkina Faso), a, lui, mérité le prix à la meilleure série Web et TV.

Dans la section Regards d’ici, c’est à l’unanimité que le jury a attribué le grand prix au long métrage Sur les traces de John Ware de Cheryl Foggo; le prix du court métrage dans cette catégorie revient, lui, à L’atelier de Nancy d’Aïcha Diop.

Le film Fadma du réalisateur belgo-marocain Jawad Rhalib a remporté la palme au sein de la section Droits de la personne, tandis que, dans la section Développement durable, le jury a retenu le documentaire Ainsi parla la Mer d’Arnold Antonin.

Cette 37e édition a aussi été l’occasion de remettre, pour la première fois, le prix Agir pour l’égalité, qui a été attribué à deux films ex-aequo, «Madame F» de Chris Van Der Vorm (Pays-Bas/Nigéria) et aux «Oubliées des Grands Lacs». Ce nouveau prix était décerné par le Centre d’étude et de coopération internationale (CECI) parmi l’ensemble des œuvres présentées durant le festival.

Image du film camerounais <em>2 avril</em>, de Noelle Kenmoe et Poumaha Pouamo Djielle.

Prix du public

Le public aussi était invité à voter en ligne dans diverses catégories, pour désigner ses films favoris.

Ce scrutin populaire –  qui dépassait les 33 000 votes – s’est soldé par la victoire du long métrage de fiction 2 avril, de Noelle Kenmoe et Poumaha Pouamo Djielle (Cameroun) et, toujours dans la catégorie fiction, celle du court «À fleur de peau de Meriem Mesraoua (France/Qatar/Algérie).

Les prix du public ont aussi permis de distinguer le documentaire Ballon de sable de Younes Jeddad (Maroc/Tchad/Qatar) ; la websérie sénégalaise Fils de lion (Doomi Gaindé), de El Hadji Malick Seck; et le film d’animation Rama et Aicha de Dramane Minta (Sénégal).

Les organisateurs se réjouissent de VA ce que cette édition en ligne ait permis au festival d’«élargir son horizon», cette année. Présentés sur le site web de TV5 Unis, les films étaient en effet accessibles aux cinéphiles d’Algérie, des États-Unis, de France et du Maroc.

* * *

Renseignements: VA