Le festival Kafé-Karamel se tient à partir de jeudi soir, sur la rue Laval, dans le Vieux-Hull.

Les couleurs de Kafé-Karamel

Pour dissiper le temps maussade des derniers jours, le festival Kafé-Karamel enveloppera le Vieux-Hull de ses couleurs exotiques, à l’occasion de sa 6e édition qui se tient du jeudi 26 au samedi 28 juillet sur la rue Laval.

Placée sous le thème Je me souviens, l’événement qui mêle musiques et danses afro-latines propose, cette année, de faire un voyage dans le temps, « ponctué d’hommages à des fleurons de la musique du monde, de découvertes du patrimoine culturel mondial » peut-on lire sur la programmation du festival. Ce dernier tient également à promouvoir la relève francophone et la présence autochtone.

Outre ses soirées musicales, le Kafé-Karamel présentera au cours de ses trois journées de festival, des danses de masques et des acrobaties avec le groupe de percussionnistes originaire de Guinée-Conakry, Benkadi, des ateliers et des activités familiales ainsi qu’un spectacle de sensibilisation à l’environnement avec Junkyard Symphony.

Le festival débutera jeudi 26 juillet avec Lottawence Orchestra et ses 13 musiciens qui interpréteront les succès de Fania All Stars des années 1970 (21 h 30). Cette même soirée, le VJ’s Groove Machine et ses 6 musiciens reprendront, entre autres, les titres phares de Marvin Gaye, Barry White, Bob Marley ou encore ceux des Black Eyed Peas et de Bruno Mars (20 h). Plus tôt en soirée (18 h 45), le duo inuit Tarniriik, formé de Samantha Metcalfe et Cailyn Degrandpre, fera résonner les traditionnels chants de gorge.

Vendredi 27 juillet, le slameur originaire de Kinshasa, en République démocratique du Congo, Kimya, qu’on a eu l’occasion de voir à plusieurs reprises sur les planches de la Nouvelle-Scène ou au Festival Franco-Ontarien, partagera son univers à coups de textes poétiques (19 h). Dans une invitation au brassage culturel et musical, Marocouleurs fera, quant à lui, résonner les rythmes folkloriques marocains Gwana, subtilement fusionnés à des instruments modernes (20 h). Entre salsa, chachacha ou encore timba, le Havana Mambo Band fera déhancher la foule avec sa musique cubaine et latine (21 h 30).

Le festival Kafé-Karamel se conclura samedi 28 juillet avec, notamment, Daniel Bellegarde qui, accompagné de 6 musiciens, plongera le public dans les mélodies haïtiennes et antillaises jouées par les esclaves au 19e siècle (20 h). Enfin, la formation montréalaise The Cuban Martinez Show rendra hommage au Buena Vista Social Club.

Ces trois journées à saveur tropicales devraient transformer la rue Laval en une grande piste de danse colorée et chaleureuse.

Renseignements : www.festivalkafekaramel.com