La ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy

Le futur musée régional de l'Outaouais, une priorité pour Québec

Le projet du futur musée régional de l’Outaouais est clairement devenu une priorité en Outaouais pour le gouvernement de François Legault. Deux ministres l’ont réitéré, jeudi, à Gatineau. Pour le Réseau du patrimoine de Gatineau et de l’Outaouais (RPGO), la question n’est plus de savoir si ce musée attendu depuis plus de 50 ans verra le jour, mais bien quand il deviendra réalité.

« Le musée, c’est un dossier qu’on mène et pour lequel il y a beaucoup de collaboration actuellement, a noté le ministre responsable de la région, Mathieu Lacombe. Il y a la question du financement, de l’agrément et de l’accompagnement, mais aussi de la volonté politique. Dans ce cas-là, on a clairement exprimé notre souhait d’avoir un musée régional et on accompagne le milieu pour y arriver, ouvrir les bonnes portes, et pour travailler avec le ministère de la Culture. »

À LIRE AUSSI: Financement culturel dans les régions: Québec veut rétablir l’équité

La ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy, a toutefois affirmé qu’il ne fallait pas brûler d’étapes dans ce dossier. 

« Ce n’est pas une question de vitesse, mais de bien faire les choses et de manière équitable à la grandeur du Québec, a-t-elle rappelé. On a vu des annonces mal ficelées dans le passé, nous on avance de manière intelligente afin que les choses soient bien faites. »

Le directeur du RPGO, Louis-Antoine Blanchette, soutient que 2020 sera une « grosse année » pour le projet. 

« Notre modèle a été identifié et on aura bientôt une étude de faisabilité qui va démontrer la viabilité financière et administrative du projet », a-t-il précisé. 

L’enjeu de l’agrément du musée va éventuellement se poser et c’est à ce niveau que plusieurs discussions devront avoir lieu dans les prochains mois. Pour qu’un musée obtienne du financement du gouvernement du Québec, il doit avoir obtenu son agrément du ministère de la Culture et pour ce faire il doit avoir existé pendant au moins trois ans. « Il y a des options qui sont envisagées pour aller plus rapidement, mais qui demeurent en discussion, note M. Blanchette. La clé pour notre projet ce sera l’agrément. »