Le spectacle Volta arrive à Gatineau après 125 représentations à Montréal.

Le Cirque du Soleil s'installe en ville

Pieux à l'épaule, des dizaines d'ouvriers ont poussé dans la même direction, jeudi après-midi, pour monter le grand chapiteau du Cirque du Soleil, sous lequel le spectacle Volta sera présenté, dès la semaine prochaine.
« Pousse ! Pousse ! Pousse ! Pousse ! » Dans un même effort, les travailleurs ont monté les centaines de pieux qui tiendront l'immense toile blanche, sous laquelle près de 2600 spectateurs assisteront au spectacle, dès le 2 août.
Volta vient de quitter Montréal après 125 représentations.
On en prévoit une trentaine à Gatineau. Jeudi, on voyait déjà les drapeaux et les pointes blanches du chapiteau trôner sur les terrains du site Zibi, qui ont pignon sur la rue Laurier, dans le Vieux-Hull.
« Cela a pris de six à douze mois pour négocier le site, qui est tout nouveau, explique Yannick Spierkel, directeur de la tournée.
La présence du Cirque en ville donne du travail à 150 personnes en Outaouais. Ils sont responsables du montage de la tente, du service à la clientèle, de l'accueil et d'autres services. Ils viennent ainsi prêter main-forte aux 120 employés permanents de l'entreprise, qui logent dans des hôtels de la région.
Pour le reste, le Cirque est autonome. «On a besoin d'une entrée d'eau potable et d'égouts, explique le directeur de tournée. Pour le reste, on est autosuffisant.»
Avant l'arrivée des 2000 tonnes d'équipements, transportés dans 71 camions semi-remorques, des ingénieurs ont étudié la stabilité du terrain, afin de s'assurer que les pieux, plantés dans quatre pieds de sol, soient solidement ancrés. «Ce sont 1200 pieux qui tiennent le chapiteau et les autres infrastructures», précise M. Spierkel.
Depuis la semaine dernière, des marqueurs décrivent le «plan» au sol pour déterminer de l'endroit exact où tout sera mis en place.
Le montage de toutes les pièces du site dure une semaine. Les acrobates arrivent en ville lundi, et commenceront l'entraînement avant que les lumières s'allument pour de bon, mercredi prochain, jusqu'au 27 août.
Le Cirque présentera de sept à dix spectacles par semaine. L'organisation donnera 500 billets à autant de jeunes en difficultés de la région.
Une histoire envoûtante
Volta, que le Cirque décrit comme étant «une histoire envoûtante sur la liberté de choisir et le vertige de tracer son propre chemin», réuni des artisans et travailleurs provenant de 25 pays. Il s'agit de la 41e production originale du Cirque du Soleil depuis 1984.