Le président et chef de la direction du Cirque du Soleil, Daniel Lamarre, n'a pas tari d'éloges envers le site Zibi, qui accueillera le chapiteau du spectacle Volta en août prochain, n'hésitant pas à le qualifier de «probablement un des meilleurs sites au monde».

Le Cirque du Soleil à Gatineau en août 2017

Hull, 1984. Une petite troupe de Baie-Saint-Paul s'arrête à Hull pour cinq représentations dans le cadre d'une toute première tournée québécoise. Après 33 ans d'absence, c'est maintenant fort d'une réputation internationale que le Cirque du Soleil déploiera son chapiteau jaune et bleu à Gatineau, en août prochain, pour y présenter son nouveau spectacle VOLTA.
La venue du Cirque du Soleil en sol gatinois, qui faisait l'objet de discussions depuis plusieurs mois déjà, a été confirmée mercredi lors d'une annonce réunissant politiciens, gens d'affaires et représentants de la scène touristique régionale.
La petite troupe devenue multinationale s'installera sur le site Zibi, en bordure de la rivière des Outaouais, du 3 au 27 août 2017. Trente-et-une représentations pouvant accueillir environ 2500 personnes chacune sont prévues. La tournée se poursuivra ensuite pendant 12 à 15 ans, à travers 350 villes dans le monde.
«On commence toujours nos tournées chez nous à Montréal parce que c'est près de nos studios, mais la première ville qu'on visite par la suite, c'est Gatineau, a indiqué le président et chef de la direction du Cirque du Soleil, Daniel Lamarre. C'est une occasion historique pour nous, parce qu'habituellement, on visite le monde, on est des ambassadeurs du Canada, et cette fois-ci, on vient célébrer chez nous, à Gatineau, le 150e anniversaire de notre pays.»
Entente jusqu'en 2022
Les négociations auront permis non seulement de faire venir le Cirque du Soleil l'an prochain, dans le cadre des festivités du 150e anniversaire de la Confédération, mais aussi de conclure une entente pour qu'un chapiteau jaune et bleu puisse être déployé au même endroit à d'autres reprises d'ici 2022.
M. Lamarre n'a pas tari d'éloges envers le site Zibi, qu'il estime être «probablement un des meilleurs sites au monde». Il affirme également que «la cohésion» entre les différents organismes impliqués a été déterminante, et que le chef de la programmation chez Zibi, Claude Hamelin, a joué un rôle important dans les discussions ayant permis d'aboutir à une entente de six ans.
Pour le maire Maxime Pedneaud-Jobin, la venue de ce géant international représente «une occasion extraordinaire pour mettre Gatineau sur la carte». «On avait des craintes, il y a quelques années, de ne pas assez rayonner en 2017, mais là, vraiment, avec MosaïCanada et le Cirque du Soleil, on va faire de l'ombre à Ottawa», a-t-il lancé.
Site de six acres 
Par le biais de la Société Place des festivals, la Ville de Gatineau investira 300 000 $ dans l'aménagement du site de six acres situé à l'angle de la rue Laurier et du pont du Portage, tandis que le promoteur du projet Zibi, Windmill, y injectera 400 000 $. Claude Hamelin a précisé que l'ancien site industriel nécessitait notamment des travaux de décontamination et d'aplanissement afin d'être en mesure d'accueillir l'imposant chapiteau. 
Trois cents espaces de stationnement seront disponibles sur place, tandis que les gens qui arriveront du centre-ville pourront accéder au site par la rue Laval.
Sans pouvoir donner d'estimation sur les retombées économiques que VOLTA générera pour Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin affirme qu'avec le Cirque du Soleil, «on ne peut juste pas se tromper».
«Je pense qu'on va devenir rapidement les meilleurs amis des restaurateurs et des hôteliers de la région», a d'ailleurs lancé Daniel Lamarre en point de presse. 
Et si jamais le centre-ville devient engorgé les soirs de représentations? «C'est le genre de problème qui me ferait plaisir», a lancé le maire Pedneaud-Jobin.