Patrimoine canadien espère attirer plus de milléniaux avec une nouvelle programmation pour Bal de neige.

Le Bal de neige de la diversité

C’est un 41e Bal de neige renouvelé qui animera la capitale en février 2019. La culture autochtone et la fierté LGBTQ2+ seront au cœur des célébrations d’un rendez-vous hivernal élargi, le plus urbain à ce jour.

Jeudi, Patrimoine canadien a dévoilé les grandes lignes du prochain événement, qui sera tenu pendant trois week-ends du 1er au 18 février. Ce Bal de neige lance une transition de quatre ans qui en fera un événement plus artistique, plus inclusif et plus attrayant pour les milléniaux.

« On veut s’assurer pour le Bal de neige que tout le monde se voit dans la programmation qu’on veut préparer, expose la directrice des Célébrations dans la capitale à Patrimoine canadien, Melanie Brault. On a toujours inclus les milléniaux, mais je pense qu’ils prennent un peu plus de place parce qu’il y en a de plus en plus avec les années qui avancent. On veut s’assurer que la programmation va toujours les attirer. »

Les Glamottes seront fidèles au poste.

Le Bal de neige s’étendra dans de nouveaux emplacements en pleine ville. En plus des habituels sites du canal Rideau et du parc Jacques-Cartier, des activités seront tenues au marché By, au centre-ville Rideau, dans le Glebe et sur Sparks. La rue piétonnière accueillera la première Fierté hivernale, présentée par Fierté dans la Capitale, lors de la deuxième fin de semaine du Bal de neige. La plus célèbre des drag queens québécoises, Mado Lamotte, ouvrira le week-end multicolore lors du Cabaret de glace. Une exposition photo soulignera le 50e anniversaire de la décriminalisation partielle de l’homosexualité au Canada.

Le week-end LGBTQ2+ suivra celui dédié à la culture autochtone. Les 2 et 3 février, plusieurs activités souligneront l’héritage des Premières nations. Pour clôturer la fin de semaine, un pow-wow invitera les curieux au Musée canadien de l’histoire pour découvrir la danse, les percussions et la nourriture autochtones, gracieuseté du Centre culturel sur le mode de vie des Algonquins, Omàmiwininì Pimàdjwowin.

Au Musée canadien de l’histoire et au pavillon Aberdeen du parc Lansdowne, cette année encore, les zythologues trouveront leur compte au Festibière d’hiver (1-2 février) et le Brewfest d’hiver (15-16 février). Le Centre national des arts conclura la fête les 17 et 18 février avec le premier festival Big Bang, qui propose une dizaine de spectacles festifs, en plus d’activités ludiques et d’événements gratuits.

La nouveauté sera un ajout à la tradition familiale du carnaval. Le Domaine des flocons du parc Jacques-Cartier se transformera encore en terrain de jeu hivernal, avec les glissades et les sculptures de neige qui font le plaisir des petits. Quant à la patinoire du canal Rideau, celle-ci deviendra la piste du Festival de courses de bateau dragon sur glace pour une troisième fois. La course de lits sera déménagée sur la rue York. Enfin, les Glamottes, elles, seront fidèles au poste.

Davantage de détails sur les programmations artistique, culturelle et culinaire seront dévoilés d’ici le Bal de neige.