Les personnages principaux de La reine des neiges sont de retour.

La Reine des neiges 2: la magie au rendez-vous *** 1/2

CRITIQUE / Alimentées par les bandes-annonces, les théories les plus folles ont précédé le lancement de cette suite, six ans après le fameux film d’animation La reine des neiges, de Disney. Les attentes sont élevées. Allons droit au but. Ce deuxième opus est bon. Très bon même. Mais il n’a ni le charme ni l’élément de surprise du premier.

Alors que la reine des neiges Elsa, sa sœur Anna, son amoureux Kristoff, l’adorable bonhomme de neige Olaf et le renne Sven coulent des jours heureux, Elsa entend une voix qui l’entraîne irrésistiblement à la recherche de sa raison d’être. Les deux sœurs et leurs comparses unissent alors leurs forces pour sauver le royaume d’Arendelle.

C’est un réel plaisir de retrouver ces personnages dans La reine des neiges 2 (Frozen 2), prêts de nouveau à défier les obstacles pour le bien du royaume. L’intrépide Anna se lance à la découverte de la forêt enchantée aux côtés de sa sœur Elsa, qui se sert allègrement de ses pouvoirs magiques pour aller au fond des choses. L’attachant bonhomme de neige Olaf a vieilli et demeure tout aussi drôle, volant la vedette dans les scènes où il apparaît. Le bon Kristoff, amoureux d’Anna, et son renne Sven sont encore de service. 

De nouveaux personnages entrent en jeu, dont la reine Iduna, la mère d’Elsa et Anna qu’on voit dans des retours en arrière, le lieutenant Destin Mattias, un splendide cheval magique et une adorable créature, qui ressemble à une salamandre. Mais aucun ne surpasse les valeureux membres de la distribution originale.

Les réalisateurs Jennifer Lee et Chris Buck, le producteur Peter Del Vecho, ainsi que les compositeurs Kristen Anderson-Lopez et Robert Lopez, derrière le méga succès de La reine des neiges, le film d’animation le plus lucratif au box-office mondial, se sont unis pour mener plus loin les destinées des deux sœurs royales. Sept chansons servent le scénario, dont la plus puissante, Dans un autre monde, est chantée par la même interprète que Let It Go (Libérée, délivrée), Idina Menzel.

Certaines scènes, intenses, plairont au public qui a grandi avec la reine des neiges. Mais à tout coup, pour les plus jeunes, Olaf est là pour détendre l’atmosphère. Les liens indéfectibles qui unissent Anna et Elsa continuent par ailleurs de porter l’action et contribuent à la force et à la magie du film, ainsi qu’à la facture visuelle, qui est d’une grande beauté. Mission accomplie.

Au générique

Cote : *** 1/2

Titre : La reine des neiges 2

Genre : Animation

Réalisateurs : Chris Buck, Jennifer Lee

Classement : Général

Durée : 1h43