Josianne Lavoie, Carole Legault Gagnon et Danyelle-Martine Dontigny ont accepté les prix remis à Marjolaine Beauchamp.

La plume de Marjolaine Beauchamp brille

L’auteure et slameuse gatinoise Marjolaine Beauchamp a remporté vendredi soir les deux prix pour lesquels elle était en lice dans le cadre du 19e gala des Culturiades, qui honorent les artistes et travailleurs culturels de l’Outaouais.

Après avoir reçu en début de soirée le prix Créateur de l’année, Mme Beauchamp a remporté le très convoité Prix du CALQ, grâce à sa plus récente pièce, M.I.L.F, un texte coup-de-poing exprimant les multiples facettes de la féminité, de ses joies et aspirations les plus lumineuses, jusque dans ses recoins les plus sombres. La pièce — dans laquelle Mme Beauchamp joue — a été présentée au Théâtre du Trillium. Attribué par le Conseil des arts et des lettres du Québec, ce second prix récompense l’Œuvre de l’année dans la région.

« Marjolaine Beauchamp n’ayant pu être présente au gala, ce sont trois femmes, Josianne Lavoie, Danyelle-Martine Dontigny et Caroline Legault-Charron qui sont venues récupérer le prix en son nom. Les deux dernières ont inspiré l’œuvre de Marjolaine Beauchamp, a expliqué la directrice générale de Culture Outaouais, Julie Martineau. »

Quatre artistes, trois écrivains et un organisme culturel se sont partagé les six prix d’excellence et la bourse de création distibués au cours de ce gala chapeauté par Culture Outaouais.

La valeur globale des bourses rattachées à ces récompenses s’élève à 20 000 $ — le prix du CALQ et la résidence de création, chacun doté de 5 000 $, arrachant la part du lion.

La bourse de création a été remise en fin de soirée au codirecteur du Théâtre de Dehors, Éric Perron.

L’homme de théâtre hérite d’une résidence de quatre semaines à la Maison Fairview pour peaufiner un art dont il maîtrise déjà bien les rouages. Co-récipiendaire du Prix d’excellence 2015 de la Fondation pour l’avancement du théâtre francophone au Canada, M. Perron a signé l’année suivante, pour le Théâtre du Trillium, la mise en scène de la pièce « On verra », qui a remporté le prix de laProduction de l’année aux Prix Rideau de 2016.

Le prix de la Relève de l’année a quant à lui été remis à un autre slameur, Mathieu Bertrand. Ce poète dans la mi-vingtaine est connu pour son implication sociale au sein de communautés fragiles (Le Lab ; Entraide familiale de l’Outaouais ; Fondation Lani pour la prévention du suicide ; Nuit des sans-abri ; intimidation à l’école ; toxicomanie, etc.)

C’est le centre d’artiste (et espace d’arts visuels) AXENÉO7, qui a décroché vendredi le prix de l’organisme de l’année.

Trois auteurs

Les auteurs Michel-Rémi Lafond, France Bolduc et Louenas Hassani ont quant à eux mérité un des trois prix « Coup de cœur littéraire », conjointement présentés par l’Association des auteurs et auteures de l’Outaouais, le Réseau BIBLIO de l’Outaouais et la Ville de Gatineau.

Ayant décroché le premier prix — pour le roman La lumière de l’été n’éclaire pas toujours ce que l’on croit, publié par L’Interligne, Michel-Rémi Lafond, participera à une résidence de création en Estrie. Il s’agit de son dixième livre.

France Bolduc, pour le titre jeunesse Baluchon au Far West (productions Dans la Vraie Vie) et Louenas Hassani, pour La république de l’abîme (L’Interligne), regard critique et métaphorique sur l’extrémisme religieux, sont tous deux lauréats ex aequo du 2e prix.

Prix Hommage

L’artiste photographe Marie-Jeanne Musiol est venue chercher le prix Hommage que lui a décerné la Ville de Gatineau. La remise de ce prix a été l’occasion d’honorer les 40 ans de carrière de celle qui a cofondé le centre DAÏMÔN, voué aux arts médiatiques, et de souligner sa contribution au tissu artistique de la région.

Mme Musiol a fait paraître en septembre La Forêt radieuse : Un herbier énergétique (éditions Pierre-François Ouellette), un recueil de centaines de photographies qui dévoilent « l’empreinte lumineuse des plantes », captée grâce à un procédé électromagnétique.

Animation

Coanimée par l’auteure et comédienne Annie Cloutier et par le réalisateur en balados Julien Morissette, cette soirée d’hommages s’est déroulée à l’« immeuble 543 », sur le site de Zibi, en présence du gratin de la communauté artistique et culturelle.

La portion musicale du gala était animée par de récents lauréats des Culturiades : Francis Faubert (Créateur de l’année 2016) et le duo Geneviève RB et Alain Barbeau (Relève 2017), lesquels ont donné un avant-goût d’un album à paraître au printemps prochain.