Plutôt que d’être présenté le samedi 25 novembre à 15 h au Palais des congrès de Gatineau tel qu’initialement prévu, le spectacle s’adressant aux jeunes enfants sera présenté la veille à 19 h... quelque 30 kilomètres plus loin, au Centre Canadian Tire (CCT), à Ottawa.

La Pat'Patrouille cause de la frustration à Gatineau

Décidément, il y a une embrouille avec Ryder, Chase, Marcus et le reste de leurs acolytes en vue d’un très attendu spectacle que devait donner la brigade de Pat’Patrouille dans un mois à Gatineau.

Au grand mécontentement de nombreux parents de la région qui s’étaient procurés des billets, la compagnie de production derrière le spectacle intitulé La Pat’Patrouille à la rescousse les a informés par courriel qu’à la fois le lieu, la date et l’heure de la représentation avaient changé. 

Plutôt que d’être présenté le samedi 25 novembre à 15 h au Palais des congrès de Gatineau tel qu’initialement prévu, le spectacle s’adressant aux jeunes enfants sera présenté la veille à 19 h... quelque 30 kilomètres plus loin, au Centre Canadian Tire (CCT), à Ottawa. 

La frustration était palpable sur les réseaux sociaux, plusieurs parents estimant que cette décision est un manque de respect pour les familles ou encore le résultat d’une mauvaise planification. Certains comptent se prévaloir de l’option d’un remboursement ou d’un échange, offerte par la compagnie TBOS Live. 

Le producteur du spectacle, Yoann Desrosiers, défend la décision en affirmant qu’il y a eu une erreur en ce qui a trait à la capacité de l’édifice qui abrite le Palais des congrès. 

« Avec l’information dont nous disposions au départ, l’immeuble pouvait bel et bien accueillir notre spectacle de grande envergure. Mais une fois que des vérifications ont été faites avec les ingénieurs, ça s’est avéré que non. C’est malheureux, mais c’est un revirement hors de notre contrôle. C’est le genre de chose qui peut arriver dans notre industrie », dit-il.

M. Desrosiers mentionne que pour compenser ce désagrément, les spectateurs qui s’étaient déjà procuré des billets se sont vus offrir des sièges de catégorie supérieure dans l’amphithéâtre des Sénateurs. 

« Notre but est d’accommoder les gens dans la mesure du possible, alors on préférait y aller avec cette option plutôt que d’annuler le spectacle. Si les nouvelles dispositions ne les satisfont pas, ils ont toujours le choix d’obtenir un échange ou un remboursement », ajoute-t-il.

Le représentant de l’entreprise précise que si d’autres installations avaient été disponibles en sol gatinois ou encore si le CCT avait été disponible le week-end, l’option aurait été sérieusement étudiée.