Le chanteur tente le tout pour le tout et organise un mini-concert parallèlement aux Prix de la Canadian Country Music Association en y conviant des gérants de l’industrie.

La force tranquille de Tim Hicks

Il y a 5 ans, personne ne connaissait encore Tim Hicks. Le chanteur country avait déjà passé une bonne décennie à essayer de se faire un nom, à tourner dans les bars où il vivait sa passion 4 h par soir, six jours par semaine. Il n’avait pas encore réussi à produire un album et interprétait surtout des reprises. Il avait 33 ans. Que s’est-il passé pour que l’Ontarien prenne soudainement son envol et atterrisse dans les hautes sphères des récompenses musicales (JUNO, CCMA, SOCAN) ? Retour sur un parcours au long cours, qu’il résume ainsi avec philosophie :

« 18 ans passés comme musicien voyageur. C’est quand j’ai commencé à ne plus m’en faire que le succès est arrivé. »  

Le chanteur tente le tout pour le tout et organise un mini-concert parallèlement aux Prix de la Canadian Country Music Association en y conviant des gérants de l’industrie. « C’était à 30 minutes de chez moi, se souvient-il. On m’a dit, à la fin de ma prestation, que mes chansons étaient OK, mais ma voix les a vraiment séduits. Ma femme était enceinte, elle a accouché peu de temps après. Tout s’est enchaîné ensuite, j’ai emmené ma famille avec moi pour enregistrer mon disque à Nashville. »

Sans jamais se départir d’une modestie fort sympathique, Tim Hicks nous donne l’impression d’avoir bataillé dur pour se faire accepter dans les ligues musicales majeures. À la manière de ces sportifs qui ne comptent pas leurs efforts dans la réalisation de leurs rêves, aussi fous soient-ils. 

Son palmarès force l’admiration : deux nominations aux JUNO, le Prix Étoile Montante du CCMA, des chansons certifiées Platine et Or, un prix SOCAN en 2015. L’une des réalisations dont il est le plus fier ? Avoir fait la première partie de Tom Petty, au Bluesfest, le 16 juillet dernier. « Peut-être l’une de ses dernières premières parties », fait remarquer avec émotion le chanteur country qui garde un souvenir impérissable de ce concert sans avoir eu la chance, pourtant, de rencontrer Tom Petty en personne.  

« Nous tous, dans mon équipe, sommes de grands fans de lui, évoque-t-il. J’avais l’habitude de faire des reprises de ses chansons en spectacle. Alors, quand mon gérant m’a annoncé que j’allais faire sa première partie, j’ai failli tomber de mon siège ! Je me souviens très bien de ce moment : je rentrais de vacances dans le Sud avec ma famille quand j’ai appris la bonne nouvelle dans l’avion en rallumant mon téléphone. J’étais tellement excité que je l’ai laissé tomber à terre ! »

La tournée St-Tite sur la route débutera à la Salle Odyssée le 29 janvier.

Percée récente

Que la jauge des spectateurs soit petite ou immense, le plaisir ne se divise pas. « Devant une foule de 30 000 spectateurs venus applaudir Tom Petty, je ressens paradoxalement moins de pression. Ils sont déjà là, je n’ai pas à me demander si les billets vont se vendre, s’il y aura assez de bière ou d’agents de sécurité. » 

Parce que les tournées et les déplacements ne sont pas qu’un moment dans la vie de Tim Hicks. La tournée, c’est toute sa vie professionnelle. Mais curieusement, le chanteur originaire de Niagara Falls n’a percé au Québec que tout récemment. 

« J’avais demandé d’ajouter une date à Montréal, suite à la requête sur Facebook. J’ai bien fait : depuis ce concert, d’autres dates se sont confirmées au Québec. Je crois que notre musique country avec une orientation rock plait aux Québécois. »

Tim Hicks avait fait forte impression au Festival Western de St-Tite, en 2016, à la 49e édition. Les spectateurs avaient pu y applaudir ses succès Stronger Beer, Got a Feeling, Hell Raisin’ Good Times, Here Comes the Thunder et Get By, entre autres.  

« Les festivals nous offrent toujours l’opportunité de faire des rencontres, de voir d’autres artistes et de serrer des mains. Cette tournée québécoise en collaboration avec un festival me donne la chance de faire partie d’un package. »

La tournée St-Tite sur la route débutera à la Salle Odyssée le 29 janvier. Elle se poursuivra à Québec le 31 et à Trois-Rivières le 3 février.


POUR Y ALLER  

Quand ? 29 janvier, 20 h

Où ? Salle Odyssée

Renseignements : 819-243-2525