Des messages laissés aux représentants d’Harvey Weinstein et Rose McGowan sont demeurés sans réponse.

La famille d’une productrice blâme l’affaire Weinstein pour son suicide

La productrice Jill Messick, qui a travaillé sur des films tels que «Frida» et «Baby Mama» («Maman porteuse»), s’est enlevée la vie, a indiqué sa famille par communiqué, jeudi.

La mère de deux enfants est morte mercredi, à Los Angeles, à l’âge de 50 ans.

Elle avait reçu un diagnostic de bipolarité et était aux prises avec une dépression depuis des années, a précisé la famille, qui ajoute que la productrice était aussi troublée par l’attention qu’elle a reçu dans la foulée du scandale d’inconduite sexuelle ayant touché Harvey Weinstein. Selon la famille, elle est devenue «un dommage collatéral dans une histoire déjà horrible».

L’actrice Rose McGowan a accusé Harvey Weinstein de l’avoir violée lors du Festival de Sundance, en 1997. Elle a récemment ajouté que Jill Messick, qui était sa gérante à l’époque, ne l’a pas appuyée dans son combat contre le producteur et qu’elle a ensuite accepté un emploi à ses côtés.

La famille de Jill Messick affirme que Rose McGowan lui avait mentionné l’incident sans le qualifier de viol et que la gérante, réalisant que quelque chose d’inapproprié s’était produit, l’avait rapporté à ses patrons des mois avant d’aller travailler pour Harvey Weinstein chez Miramax.

Les avocats d’Harvey Weinstein ont cité un courriel écrit par Jill Messick pour le défendre, le mois dernier. Le courriel indique que Rose McGowan aurait dit à sa gérante qu’elle avait consenti à entrer dans un spa avec le producteur, puis l’avait regretté. Harvey Weinstein a nié l’allégation de viol.

Selon la famille, Jill Messick a choisi de ne pas se défendre publiquement de craindre de nuire aux femmes qui décident de dénoncer des inconduites. Elle a tout de même souffert en silence, ajoute-t-elle.

«Voir son nom faire les manchettes encore et encore [...], en plus des tentatives désespérées d’Harvey de se défendre, a été dévastateur pour elle», lit-on dans le communiqué.

Des messages laissés aux représentants d’Harvey Weinstein et Rose McGowan sont demeurés sans réponse.