Avec <em>La Colère des doux</em>, « on déchire le tissu social pour s’en faire des bandanas », prévient Olivier Morin (ci-dessus, portant un casque viking, au côté de ses deux complices et co-fondateurs du Théâtre du Futur, Guillaume Tremblay ainsi que Navet Confit.
Avec <em>La Colère des doux</em>, « on déchire le tissu social pour s’en faire des bandanas », prévient Olivier Morin (ci-dessus, portant un casque viking, au côté de ses deux complices et co-fondateurs du Théâtre du Futur, Guillaume Tremblay ainsi que Navet Confit.

 La Colère des doux:  Un Futur en silos

Yves Bergeras
Yves Bergeras
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Le Théâtre du Futur fêtera son 10e anniversaire en grand, du 27 au 30 mai, avec d’une part une nouvelle pièce intitulée La Colère des doux, — genre de parcours post-apocalyptique dont vous êtes le héros, création à la fois  virtuelle, interactive et éclatée — et, d’autre part, la mise en ligne de toutes les archives vidéo de la compagnie montréalaise, soit une dizaine de pièces futuristes à voir ou à revoir gratuitement durant la période indiquée.