Une belle soirée pleine d’émotions pour la Franco-Ontarienne Katherine Levac, jeudi soir.

Katherine Levac: une soirée en famille

CRITIQUE / À l’occasion de la première médiatique ontarienne de Velours, Katherine Levac était particulièrement fébrile et enjouée de se retrouver en famille jeudi. La jeune humoriste de 28 ans, originaire de St-Bernardin, y présentait son premier one-woman-show devant la salle comble — et conquise — du Centre des Arts Shenkman, à Orléans.

« Je suis d’un petit village pas trop loin d’ici, a-t-elle envoyé dès les premières minutes. Ouh... huit personnes qui applaudissent, tout le monde est-là », a-t-elle dit rassurée. Parents, cousins, amis et professeurs faisaient partie des 500 personnes qui s’étaient donné rendez-vous pour assister au show de la fille du coin.

Et pour ce premier spectacle solo tant attendu, elle s’est d’ailleurs inspirée de sa propre vie et a partagé ses réflexions sur la société.

Ne perdant pas une seule seconde, elle a abordé son enfance à la ferme en piquant amicalement au passage les Montréalais.

« Les gens à Montréal, ils pensent que j’avais un chapeau de paille sur la tête et que je chantais », a-t-elle balancé. Elle a aussi évoqué sa petite école de rang. « On était 40. C’était un peu comme les filles de Caleb. » Avant de confier avoir grandi dans une famille où l’amour était au rendez-vous. « Ma mère me faisait du granola maison avant que ce soit à la mode », a envoyé une Katherine Levac dynamique.

Avec toute l’authenticité et la spontanéité qui la caractérise, l’humoriste nous transporte dans son univers de Franco-Ontarienne. Fan des Sénateurs, elle avoue ne pas toujours trouver ça facile. « Personne ne t’aime, mais personne ne t’haïs non plus. »

Katherine Levac a d’ailleurs souvent abordé les différences entre le Québec et l’Ontario. Profitant de l’occasion pour annoncer à son public qu’elle est officiellement devenue Québécoise, suscitant des « oouuuh » réprobateurs du public. S’adressant aux nombreux Québécois dans la salle, elle leur a dit : « Vous avez perdu les restaurants St-Hubert, mais vous m’avez moi ! » Et d’ajouter plus tard : « Vous faites souvent des jokes sur les Ontariens, mais c’est réciproque », suscitant des applaudissements de toute part.

Écrit en collaboration avec David Beaucage et Thomas Levac, avec l’aide de Marc Brunet, Velours, mis en scène par Sonia Cordeau, est un stand-up on ne peut plus classique où Katherine Levac, toute seule sur scène, n’a pour seuls outils que sa voix douce, sa candeur et surtout son humour pince-sans-rire.

Un des moments notables du spectacle se déroule lorsque Katherine Levac s’adresse aux femmes de 64 ans. Hier soir, Sylvie était la cible de la jeune humoriste qui lui a dédié une chanson dans laquelle elle prend plaisir à égratigner les femmes de cet âge.

Complètement décomplexée, Katherine Levac aborde ses différentes relations et avoue avoir trouvé l’homme de sa vie en la personne de Justin Trudeau. Confessant, après sa joke sur Sophie Gregoire-Trudeau, ne l’avoir jamais fait aussi proche d’elle.

Katherine Levac impressionne par sa façon de parler des petites choses anodines de la vie avec autant de désinvolture, mais non sans sarcasme, on pense entre autres à la fille du gym de Montréal qui a un besoin urgent de Kombucha, cette boisson fermentée à la mode.

Si pour ce premier one-woman-show, la jeune femme a rangé au placard les colorées Rebecca Sophie et Paidge Beaulieu, les personnages qui l’ont fait connaître, elle n’a pourtant pas manqué de raconter l’histoire de la vraie Paidge Beaulieu, celle qui lui a inspiré son personnage, pour le grand plaisir du public.

Katherine Levac n’a pas déçu un seul instant hier soir. Après 1 h 30 de spectacle, la jeune humoriste a salué avec émotion son public. « C’était une soirée importante, j’avais hâte de vous rencontrer », a-t-elle confié.

Cinq ans à peine après avoir quitté les bancs de l’École nationale de l’humour, Katherine Levac est pourtant déjà connue — et adorée — du public et n’a rien aà envier aux humoristes déjà bien établis.

Avant de refermer le rideau, le Mouvement d'implication francophone d'Orléans (MIFO) avait réservé une surprise à la jeune humoriste en lui remettant un chandail de la ligue d’impro du MIFO dans laquelle elle a joué.

Katherine Levac sera de retour sur les planches vendredi soir à 20 h au Centre des Arts Shenkman. Elle reviendra à la Maison de la culture de Gatineau les 15 et 16 mai (complets) ainsi que les 10 et 11 octobre et le vendredi 1er février 2019. Deux autres supplémentaires de Velours ont également été ajoutées le jeudi 6 et vendredi 7 septembre, toujours au Centre des Arts Shenkman.