Petit cours d’autodéfense avec Zombie Kidz Évolution

CHRONIQUE — À QUI LE TOUR? / Comme son nom l’indique, Zombie Kidz Évolution est un jeu de zombies pour les gamins... qui a la particularité d’être évolutif, c’est-à-dire de se complexifier lentement, à mesure que les joueurs progressent dans leur apprentissage des règles.

Non seulement cette sympathique attention permet-elle aux chasseurs de zombie d’apprivoiser pas à pas la mécanique du jeu et ses tactiques, mais elle crée surtout une excitation liée à une série d’enveloppes scellées, dans lesquelles les jeunes joueurs, après quelques parties, auront le droit d’aller chercher des éléments qui bonifieront le jeu... et notamment de nouvelles compétences pour leurs héros.

Était-ce parce que nous avons testé ce jeu au début de la période de Noël ? On a senti, dans l’irrépressible envie de « déballer » ces enveloppes, la même excitation qui démange les enfants lorsqu’on les dépose devant un sapin garni de cadeaux.

Mignon

Malgré sa thématique empruntant à un genre horrifique par essence, ce jeu coopératif n’a absolument rien d’épeurant : l’éditeur – Scorpion masqué, une boîte montréalaise en pleine expansion – a misé sur des illustrations ultra-mignonnes, tendance dessin-animé de facture moderne.

Chaque joueur (4, au maximum) prend un « héros » : des personnages d’enfants. Le groupe devra nettoyer son école en se débarrassant des morts-vivants qui l’infestent. Comme par hasard, les zombies sont tous des profs ! L’idée, simple et efficace, fonctionne à plein régime.

Pas de survivalisme stressant ni de violence sauvage. Pas de points de vie ni de bain de sang. Et pas d’autres armes que le skateboard ou le fusil à eau. Et encore là, on n’utilise pas réellement ces armes, qui ne sont là que pour servir les illustrations. Bref, l’idée même de la mort est frôlée, mais reléguée à quelque chose de très conceptuel : les petites cartes « zombie » sont (proprement et) simplement retirées du plateau. Pour détruire un zombie (ou deux, au maximum), il suffit d’amener son pion sur la case où se trouvent les affreux morts-vivants.

Notez qu’on ne gagne pas en zigouillant les zombies, mais en mettant l’école en sécurité, puisque l’objectif de victoire est d’apposer un gros verrou sur chacune des quatre portes situées aux extrémités du plateau de jeu. Mais pour cela, il faut que deux joueurs se retrouvent ensemble sur la case où se situent ces quatre issues.

Il s’agit donc bien d’un jeu coopératif. Le groupe est quant à lui éliminé quand il perd le contrôle de l’infestation. L’invasion n’est pas immédiate, mais assez rapide : mieux vaut ne pas attendre, et pas question d’épargner les zombies, car dès que trois putréfiés se retrouvent sur une même case, les joueurs n’ont plus accès aux lieux, et perdront du temps à contourner la zone pour remplir leur objectif.

Facile et rapide

Zombie Kids Évolution mise sur des concepts tactiques relativement faciles, et une jouabilité immédiate (un enfant de 6 ans aura compris toutes les règles en moins de deux minutes ; après deux parties, il aura acquis certains réflexes tactiques élémentaires) mais aussi sur sa mécanique dynamique et fluide. En 15 secondes approximativement, un joueur devrait avoir terminé les trois gestes qui constituent son tour de jeu : un lancer de dé déterminant l’apparition d’un nouveau « méchant » dans l’école (un dé à six faces, dont les différentes couleurs correspondent aux couleurs des zones de l’école) ; le déplacement de son « héros » (d’une case) ; et son « action » (essentiellement l’élimination des zombies présents là où il se trouve).

Un tour est donc ultra rapide. Un gamin, même TDAH, aura à peine le temps de bailler que déjà son tour de jeu revient. Et une partie se termine en moins de 10 minutes.

Certes, il faudra parfois retenir la cadence pour communiquer afin de coordonner stratégiquement les déplacements des joueurs, de façon à optimiser les dégâts d’attaque.

Aventure à long terme

Mais, encore plus que sa grande accessibilité, c’est surtout l’aspect « progressif » de Zombie Kidz Évolution qui lui permet de remporter instantanément l’adhésion des jeunes joueurs. Ceux-ci auront immédiatement l’impression de mener une « aventure » à long terme, car les concepteurs – très inspirés par l’actuelle tendance « Legacy » de l’industrie, qui permet d’enrichir un même jeu de différentes façons, sur le mode de la « campagne » au long cours – ont planifié toute une série d’éléments bonus qui s’ajouteront progressivement, et qui viendront compliquer petit à petit les règles.

À chaque fois qu’on termine une partie (qu’elle soit remportée ou perdue), on gagne le droit d’apposer un autocollant « trophée » sur une feuille de marque.

Collés dans le livret de victoire, ces autocollants servent aussi à témoigner qu’on a accompli des « missions » particulières, comme remporter une partie à quatre ou remporter le jeu en ayant rayé de la carte la totalité des zombies.

Après quelques parties, on atteint le droit d’ouvrir la première des douze enveloppes scellées que contient la boîte.

Dans ces enveloppes mystères, on trouvera par exemple une nouvelle compétence pour les héros (accompagnée des modifications de règles qui s’y rapportent), ou on tombera sur des zombies plus costauds à incorporer dans les futures parties. Ou des éléments comme de nouvelles séries de missions. On n’en dira pas davantage, afin ne pas gâcher le plaisir de la surprise.

Ce qui est sûr, c’est que, pour les jeunes, le plaisir résidera autant dans le jeu lui-même que dans le fait de voir sa « collection » d’autocollants progresser « lentement » jusqu’à l’enveloppe suivante, dans son décachetage, et dans la fierté de pouvoir utiliser de nouveaux pouvoirs.

Bref, un concept très malin pour un jeu sans doute un peu « masculin », mais visuellement séduisant (l’approche est très efficace, d’un point de vue marketing !)

Zombie Kidz Évolution est une refonte modernisée de Zombie Kidz, d’abord paru en 2013.

+

FICHE TECHNIQUE

Hasard : 3/6

Stratégie : 1/6 (évolutif)

Plaisir : 4/6

Difficulté : 1/6 (évolutif)

Esthétique : 4/6