Notre journaliste Yves Bergeras nous propose un aperçu des jeux de société à surveiller en 2019.

Batman rapplique, restons calmes

Voici les jeux de société sur notre radar, parmi les sorties prévues pour 2019.

Stay Cool

Jeu d’ambiance, Stay Cool (publié par la société québécoise Scorpion Masqué) impose au cerveau de fonctionner en mode multitâche. On ne demande rien de compliqué, mais il est impératif de tout faire en même temps pour marquer des points.

L’objectif : répondre à un maximum de questions en deux minutes. Sauf que deux joueurs te bombardent en même temps... et que s’il faut répondre oralement à l’un, tes réponses à l’autre joueur doivent être données par « écrit », en utilisant les lettres qui se trouvent sur les faces d’un jeu de dés... Le score final du joueur correspond à la multiplication des deux scores (« l’oral fois l’écrit »).

Il y a trois manches, et les choses se corsent un peu à chaque fois, notamment parce que les joueurs doivent faire cela tout en jonglant avec le sablier – de 30 secondes, alors que le joueur dispose de deux minutes – de différentes façons.

Toute erreur coûte des points.

À la dernière manche, le sablier est caché : il faut donc évaluer mentalement le temps qui s’écoule.

Stay Cool devrait sortir au printemps.

***

Batman : Gotham City Chronicles

Les superhéros costumés sont à la mode. Les jeux de société n’en sont pas à leur première adaptation, mais ils commencent à tirer la fibre immersive assez loin. Après les films et les jeux vidéos, Batman se déclinera en 2019 en jeux de plateau, dans Batman : Gotham City Chronicles.

Il se compose d’un plateau assez imposant, et de moult figurines de superhéros et sidekicks sous licence DC Comics, et une tralée de villains pas beaux, qui, au fil de divers scénarios, se tapocheront joyeusement (du moins tant que leur « barre de vie » leur permet de cogner) en utilisant les avantages et compétences propres à chacun des populaires personnages de l’univers DC.

Les règles pugilistiques sont simples : plus t’es costaud, plus tu roules de dés. L’équipement supplémentaire des héros vient sous forme de cartes à ajouter à sa main. La mécanique de jeu serait inspirée du jeu Conan, dont on aurait corrigé plusieurs imperfections (notamment pour limiter les inégalités de force des héros).

***

Uboot

Dans Uboot the Board Game, les joueurs prennent en main un sous-marin en se répartissant les rôles du capitaine, du premier officier, de l’ingénieur en chef, etc.). Des miniatures forment l’équipage, composé de différentes équipes gérées par les joueurs.

Ce jeu coopératif – la mécanique détermine les manœuvres ennemies – se distingue par son approche... en 3D : il faut préalablement « monter » le sous-marin en carton.

Les photos sont impressionnantes : on peut difficilement faire plus immersif. Des cartes marines, des pions marqueur indiquant les avaries et brèches, un système de calculateur de la vitesse, et des cartes spécifiques à chaque joueur complètent le tableau.

***

Trick Shot

Trick Shot est un jeu simulant une partie de hockey sur glace, conçu par Wolff Designa (un studio américano-letton, et non pas québécois... mais la thématique est très canadienne).

Sur une patinoire en tapis segmentée en cases, on déplace tactiquement de mignonnes miniatures. Chaque « sportif » est doté de caractéristiques qui lui sont propres. Les concepteurs ont cherché à respecter non seulement les règles du hockey (changements de trios ; système de pénalité), mais aussi le rythme (ici, trois périodes de jeu de douze tours chaque), voire la « fluidité » d’une partie, grâce à une combinaison de cartes et de dés qu’on peut accumuler.

***

Solomon Kane

Solomon Kane tire son nom du personnage littéraire de Robert E. Howard (le papa de Conan le Cimmérien). Dans ce jeu lui aussi « coop », les joueurs incarnent les « Vertus » immatérielles (Courage, Tempérance, Prudence, Patience, etc.) qui guideront à chaque tour la personnalité et les actions de Solomon Kane, taciturne soldat de la foi dont les combats sont livrés tant dans le monde physique que sur le plan spirituel.

L’aventure avance au fil de scénarios (certains très martiaux, d’autres davantage axés sur les interactions sociales ou spirituelles).

Un gros jeu signé Mythic Games.

Hellboy – the board game

Autre personnage de comics (Dark Horse, cette fois), Hellboy s’apprête lui-aussi à avoir son propre jeu de plateau. L’aventure du Démon rouge plonge dans une ambiance gothique fidèle à l’univers créé par Mike Mignola. Et propose une expérience en «coop» – l’influence du Bureau for Paranormal Research & Development, bien sûr. Abe Sapien, Roger the Homunculus et leurs copains du BPRD seront de la partie, lancés à la recheche d’antiques artifacts. À côté du plateau: une pile de cartes Doom destinées à pimenter l’aventure.

Une extension : 
Decrypto

Publié en 2018 par la société québécoise Scorpion Masqué, Decrypto – un amusant jeu d’«espionnage», où il faut faire deviner un code secret à ses équipiers sans qu’il se fasse décrypter par l’équipe adverse – a connu un excellent démarrage. Au point qu’une première extension est prévue à la rentrée. Decrypto a réalisé «un véritable exploit» en se hissant dans le top 3 des meilleurs party games du site Boargamegeek.com, une référence internationale, note le fondateur de Scorpion Masqué, Christian Lemay. «Entièrement conçu et développé au Canada et qui s’annonce être un succès international», son jeu a été fabriqué à 130 000 exemplaires, a été traduit dans une quinzaine de langues et s’est exporté dans quelque 35 pays. Une seconde extension standalone devrait même voir le jour en 2020, «avec un mode de jeu complètement renouvelé», précise le patron de Scorpion Masqué.

Une réédition: 
13 jours

Pratiquement introuvable au Québec, 13 jours, la crise des missiles de Cuba, version française de 13 Days : The Cuban Missile Crisis, s’apprête à connaître une réédition. Le jeu propose d’incarner les deux surpuissances rivales de la Guerre Froide, dans un duel ouvert durant la crise politique cubaine de 1962. S’appuyant sur des images d’archives et sur une mécanique diplomatique et stratégique subtiles (cartes «stratégie», cubes d’influence, marqueurs «DEFCON»), 13 Days cherche à recréer toute l’intensité de cette crise qui faillit déclencher la guerre nucléaire.