Ian Anderson, leader du groupe Jethro Tull était la tête d’affiche du Bluesfest, vendredi soir, à Ottawa.

Jethro Tull : 50 ans et tous ses trilles

Le Bluesfest a accueilli vendredi soir les flûtes affûtées de Ian Anderson, figure de proue de Jethro Tull, dont l’actuelle tournée souligne les 50 ans d’existence. La bande prog’ rock a englouti les plaines Le Breton sous un nuage nostalgique de riffs et de trilles indémodables.

Avec passion et énergie (voire connivence, lorsque Anderson, flûte traversière au bec, joue au héron sur une patte), la formation britannique a exalté les souvenirs scratchés des Baby Boomers... et parfois ceux de leurs enfants biberonnés à la même source vinyle.

De Too Old to Rock and Roll, Too Young to Die à A Song for Jeffrey en passant par l’incontournable Aqualung, le ménestrel Anderson et ses complices vétérans ont fait défiler les classiques, rythmant leurs souvenirs par des images vidéo d’époque.

Demain, samedi, les plaines Le Breton accueilleront Shawn Mendes. 

On conseille d’arriver beaucoup plus tôt, de déposer les ados devant l’un des camions à frites pas trop éloigné de la scène principale pour les aider à patienter en attendant Chromeo (à 19 h 45) et le beau Shaaaaaaaaawn (21 h 30), et de se diriger plutôt vers les scènes secondaires, où sont attendus le très surprenant Benjamin Booker (Scène Claridge ; 21 h) et Kimbra, la Néo-Zélandaise à qui l’on doit le succès interplanétaire Somebody That I Used To Know, en duo avec Gotye (Scène Black Sheep ; 21 h 30). 

Pour les fans de découvertes, le Théâtre Barney Danson est tout indiqué pour l’Ottavienne Her Harbour (18 h 30) et l’Américaine Liza Anne (20 h).