Jack Johnson: All The Light Above It Too

Jack Johnson: All The Light Above It Too

CRITIQUE / Une voix, une guitare, des mélodies qui se la coulent douce sous le soleil hawaïen.
Jack Johnson est de retour avec un septième album studio et c'est encore un peu l'été à ses côtés. Pas de noms propres, de personnages ni de lieux qui fixeraient des images. Ses textes permettent d'y projeter ce que l'on veut. Musique et arrangements moelleux se chargent de planter le décor d'un panorama paisible sur l'océan où l'on songe surtout à l'amour et à son écume. Rares sont les gros plans, mais quand il décide de mettre son grain de sel sur certaines plaies américaines (Trump, la pollution marine), le surfeur préfère prendre de la hauteur en laissant groover ses émotions (My Mind Is For Sale). Le clip de You Can't Control It nous apprend que les détritus en plastique utilisés en décor ont été ramassés à moins de 90 mètres de la plage où la vidéo a été tournée. Bons baisers de Hawaï...