Le documentaire de Sarah Lebas suit quatre « hommes à louer ».

«Hommes à louer»: une tendance en pleine évolution

Pratique courante en France, le recours à des escortes masculines s’implante discrètement au Québec. Mais qui sont ces hommes «disponibles» et ces femmes qui osent s’offrir un moment agréable? À Télé-Québec, le lundi 20 novembre, 20h, «Point doc» lève le voile sur ces rencontres occasionnelles.

Il y a différents types d’hommes qui s’engagent dans ce genre de relations : le chic, l’ado, le flambeur. Il est faux de croire que ce sont surtout des femmes fortunées qui sollicitent leurs services. Il s’agit surtout de femmes dont la carrière ne laisse que très peu de temps pour rencontrer des hommes. Le documentaire de Sarah Lebas suit quatre « hommes à louer » dont Prince, qui précise que sa conjointe est au courant de ses activités. Il explique que de l’accompagnement au magasinage, à une soirée au théâtre, ou à l’hôtel, l’escorte est tout à fait au service de sa cliente et répond à ses moindres désirs.

Selon Prince, les femmes ont le même rapport à la sexualité que les hommes. Mais la plupart du temps, ce métier se pratique en cachette. Puis, on rencontre un lycéen dont les parents paient pour son appartement, mais qui doit tout de même se débrouiller pour le reste. On donne également le point de vue de Jay, un graphiste, et d’Aymeric, un fleuriste, sur le métier.

Un mariage royal

Il y a 70 ans, la princesse Élisabeth épousait le prince Philip. Ce fut sans doute l’événement le plus joyeux, le plus festif, le plus spectaculaire à survenir après la Deuxième Guerre mondiale. Il faut voir tout le soin accordé au mariage de celle qui allait devenir Élisabeth II, reine d’Angleterre.

D’abord, la robe de satin ivoire a nécessité le travail précis de plusieurs couturières pour y broder des centaines de motifs à l’aide de perles et de pierreries dans un design conçu par Norman Hartnell. Alexander Armstrong, le présentateur, donne aussi des précisions sur sa bague de fiançailles composée de onze diamants dont un de 3 carats, le fabuleux bouquet de la mariée et l’impressionnant gâteau de mariage, haut de 9 pieds. Le chef-d’œuvre culinaire pesait quelque 500 livres et sa confection avait nécessité 70 livres de sucre et 30 de beurre. Il était décoré d’angelots détaillés de façon stupéfiante.

On attendait au moins 150 invités à ce mariage et les actrices Joan Collins et Sheila Hancock font part de leurs souvenirs concernant cet événement de même que le témoignage du prince Michael de Kent, qui y a participé à titre de petit page. À RDI, le jeudi 23 novembre, 20 h.

Le lait, bon ou mauvais ?

Alors qu’on a toujours appris que le lait, aliment indispensable à la croissance, contient les éléments essentiels pour la santé des os, entre autres, on entend depuis un bon moment que le lait serait finalement néfaste pour la santé. Qu’en est-il exactement ? À Télé-Québec, « Le lait : mensonges et vérités » tente de faire le point sur la question. On part du principe que sous sa formule actuelle, la boisson n’est plus ce qu’elle était. Contrairement à autrefois, le lait passe par plusieurs étapes avant de finir sur la table des consommateurs. Le mercredi 22 novembre, 20 h 10.

La timide, exubérante, hypersensible Barbara qu’on entend encore chanter de sa voix fragile, chagrine, éthérée, en tout cas, unique, inoubliable, enveloppée de mélancolie et de tristesse parfois bousculée par une légère lueur, était, dans la vie, une personne charmante, très drôle qui riait toujours. On raconte ses débuts difficiles, et paradoxalement, le succès qu’elle connaîtra avec la chanson « Nantes », composée au lendemain des funérailles de son père incestueux. « Un jour, un destin/Barbara, au-delà des apparences », le mardi 21 novembre, 20 h, à TV5.

Fred Pellerin, notre Gilles Vigneault caxtonnais, revient nous entretenir des villageois qui l’entourent à « Saint-Élie-de-légendes », pour les quatre semaines qui nous mèneront à Noël, à compter du lundi 20 novembre, 20 h, à Radio-Canada. Dans ce premier épisode, il nous présente « Rocker », maître en jasette puisque tout l’intéresse : politique, femmes, actualité, religion et principalement préoccupé de météo, histoire de venir voir les bordées de neige. Volubile de nature, grâce à internet, il devient intarissable.

À RADIO-CANADA : Ce samedi, 19 h, Lara Fabian est l’invitée de « En direct de l’univers » où on partage ses choix musicaux. À « Mémoires vives », Daniel Dupuis (Stéphane Gagnon) fait la connaissance de son père biologique. Jocelyne (Sonia Vigneault) obtiendra-t-elle la direction de Mémoires vives ? Accepter d’aider une patiente qui souhaite mourir dignement aura des répercussions dans la vie de Claire (Marie-Thérèse Fortin). Le mardi 21 novembre, 21 h.

À TVA : Fidèles au rendez-vous, les petits pourront assister au « Défilé du père Noël, destination Centre-Ville », ce dimanche, 17 h, en rediffusion le dimanche 3 décembre, 13 h 30. Anouk Meunier et Patrice Bélanger animent ce moment important. À 19 h, ce dimanche, on assiste à la grande finale de « La Voix junior ». Puis, suivra à 21 h Guy Lafleur, dont la performance sur glace a fait de lui une légende du hockey, qui se livre à Paul Arcand lors d’une « Conversation secrète ».

À TÉLÉ-QUÉBEC : Soir de fête aux « Francs-tireurs », qui célèbrent leur 500e émission le mercredi 22 novembre, 21 h. À « De garde 24/7 », le jeudi 23 novembre, 20 h, on tente de définir ce qu’est une qualité de vie satisfaisante ; à quel moment les effets négatifs d’un traitement remettent-ils en question la guérison ou la survie ? On peut compter sur le soutien du personnel médical auprès des patients et de leur famille confrontés aux décisions à prendre en regard de « La vie à tout prix ».

À ARTV : Le pianiste britannique Christian Blackshaw interprète le « Concerto no 24 » de Mozart, accompagné de l’orchestre de chambre I Musici, concert présenté en septembre dernier à la Maison symphonique. Le lundi 20 novembre, 21 h.

À EXPLORA : La Grande Muraille de Chine, 21 000 km de ramifications, compte deux mille ans d’histoire. Pourquoi les Chinois l’ont-ils érigée ? Rempart pour se protéger des guerres et des tremblements de terre, la muraille demeure une fascination pour touristes et chercheurs qui travaillent à reconstituer « L’Histoire cachée de la Grande Muraille », le lundi 20 novembre, 22 h.