Dans la série documentaire «Le vrai nouveau monde», Gregory Charles reçoit chez lui des gens qui ont choisi le Québec comme terre d'accueil.

Gregory Charles: une mission à poursuivre

Fils d’immigrant qui s’est beaucoup impliqué pour la cause, Gregory Charles reprend le flambeau de son défunt père, Lennox. Par une série documentaire et un tutoriel qui sera mis en ligne au début de l’année prochaine, l’artiste touche-à-tout souhaite faire sa part pour favoriser l’intégration des nouveaux arrivants.

Avec l’école de musique en ligne l’Académie Gregory, le musicien a voulu honorer la mémoire et la méthode de sa mère. Avec Le vrai nouveau monde, diffusée dès samedi à ICI Radio-Canada Télé, et la série de capsules Web Je suis Québécois, attendue au début de l’année prochaine, c’est l’héritage et la mission de son père qu’il poursuit.

«Il trouvait fantastique d’avoir été accueilli dans ce pays, dans cette province, explique Gregory Charles. C’était un homme noir qui avait marié une femme blanche à une époque où c’était non seulement mal vu, mais où c’était illégal dans la majorité des états américains. Ce n’était pas quelqu’un qui est venu s’établir à Montréal dans un quartier d’immigrants. Il s’est installé à Saint-Germain-de-Grantham à côté de Drummondville. Ma grand-mère maternelle le regardait, le tenait, l’embrassait sans égard de la couleur de sa peau, mais en lien avec la qualité de sa personnalité et de sa noblesse d’âme. Mon père trouvait que malheureusement, les immigrants qui arrivaient ici n’avaient pas tous une Pierrette Saint-Martin comme ma mère ou une Éva Péloquin comme ma grand-mère.»

Impliqué pendant des années au sein de l’organisme PROMIS, qui offre des services aux immigrants dans Côte-des-Neiges à Montréal, Lennox Charles avait aussi l’habitude d’accueillir à sa table de nouveaux Québécois de tous horizons.

«Ça parlait de politique, ça parlait de l’avenir du Québec, ça parlait de langue. Ces gens-là ont tous appris le français. Ils se sont tous créé une vie ici», note le musicien et animateur. Avec la série documentaire Le vrai nouveau monde, il a ravivé la tradition familiale en recevant chez lui des gens qui ont choisi le Québec comme terre d’accueil.

«Moi, je veux juste montrer au reste de mes concitoyens ce que j’ai vu quand j’étais petit et ce que je vois encore aujourd’hui. Je veux qu’ils voient ces histoires humaines de courage», précise Gregory Charles.

«Ce sont des êtres humains, reprend-il. Ce ne sont pas des chiffres, ce n’est pas de la politique, ce n’est pas des réformes plus ou moins réfléchies. Ce sont des histoires. Ce sont des gens qui sont arrivés ici avec l’immigration vietnamienne dans les années 70, qui parlent français comme des Québécois et qui sont devenus ingénieurs ou pharmaciens. Ce sont des travailleurs mexicains qui viennent ici depuis 10 ans pour travailler à Rougemont pour ramasser des fruits et là, leur famille veut venir vivre avec eux. C’est quelqu’un qui est venu ici pour étudier et qui est maintenant chef de police…»

Tutoriel

Dans le même ordre d’idées, Gregory Charles a voulu donner un coup de pouce aux nouveaux arrivants en mettant sur pied le tutoriel en ligne Je suis Québécois, qui sera lancé, nous dit-il, au début de l’an prochain. Au menu : quelque 250 capsules dont l’objectif est de «faciliter l’intégration, la compréhension et l’adaptation à la société québécoise».

«Je ne pense pas que les gens peuvent s’intégrer ici sans connaître nos valeurs et nos objectifs actuels, mais aussi quels ont été nos valeurs et nos objectifs du passé. En ce sens-là, je ne suis pas tout à fait aligné avec le gouvernement. Je comprends l’idée de dire aux gens ce qui est important pour nous. Mais si on veut vraiment qu’ils fassent un bout de chemin, ça vaut la peine de leur expliquer, à titre d’exemple, que l’égalité entre les hommes et les femmes, qu’on n’a pas tout à fait atteinte, c’est là où on est rendu après un long processus.»

«Le vrai nouveau monde» sera diffusé à ICI Radio-Canada Télé les samedis à 19 du 30 novembre au 21 décembre.