Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Olivier Higgins et Mélanie Carrier, les réalisateurs d'<em>Errance sans retour,</em> qui a obtenu deux Iris au Gala des artisans de Québec cinéma.
Olivier Higgins et Mélanie Carrier, les réalisateurs d'<em>Errance sans retour,</em> qui a obtenu deux Iris au Gala des artisans de Québec cinéma.

Gala Québec cinéma : Errance sans retour débute avec deux Iris

Éric Moreault
Éric Moreault
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Errance sans retour poursuit sur sa lancée de récompenses avec deux Iris au Gala des artisans. La déesse des mouches à feu (trois), Souterrain (deux) et Le club Vinland (deux) ont également bien fait.

Le puissant long métrage de Mélanie Carrier et Olivier Higgins a remporté récemment le prix Écran canadien du meilleur documentaire. Au niveau québécois, ils ont obtenu jeudi soir les prix de la direction photo (Higgins et Renaud Philippe) et du montage (Higgins et Amélie Labrèche).

Le duo de Québec est en lice dimanche pour l’Iris du meilleur documentaire, lors du gala diffusé à ICI Télé.

La déesse des mouches à feu a obtenu l’Iris de la meilleure distribution, mais le prix aurait tout aussi bien pu aller à Souterrain (qui avait pour handicap d’être plus homogène, en raison du sujet du film). Le populaire long métrage d’Anaïs Barbeau-Lavalette est également récompensé pour le montage (Stéphane Lafleur) et la coiffure (Johanne Paiment).

Parlant du drame de Sophie Dupuis, qui se déroule dans une mine d’Abitibi, il remporte avec raison le trophée de la direction de la photographie en raison du fantastique travail de Mathieu Laverdière. Souterrain reçoit également un coup de chapeau pour le son.

Tourné en grande partie dans une mine, <em>Souterrain</em> remporte avec raison le trophée de la direction de la photographie en raison du fantastique travail de Mathieu Laverdière

Sans surprise, le film d’époque Le club Vinland de Benoît Pilon a obtenu les récompenses de la direction artistique (Patrice Bengle et Louise Tremblay) et des costumes (Francesca Chamberland).

Le chant des noms (The Song of Names) de François Girard est reparti avec l’Iris du film s’étant le plus illustré hors Québec, devançant notamment Nadia, Butterfly de Pascal Plante, choisi en Sélection officielle à Cannes 2020.