Michel Cote, président d’honneur, et Didier Farré, président fondateur du Festival du film de l’Outaouais (offestival.com) ont dévoilé la programmation du festival qui se tiendra du 19 au 27 mars.

FFO: programmation généreuse et variée

Une fois n’est pas coutume, le Festival du film de l’Outaouais (FFO) proposera cette année encore une programmation éclectique et riche. Pas moins de 75 films provenant de 24 pays différents seront à l’affiche de cette 22e édition qui se tiendra du 19 au 27 mars sous la présidence d’honneur de Michel Côté.

En tout, ce sont pas moins de 135 projections au Cinéma 9, au Cinéma Aylmer et Théâtre du Casino auxquelles auront accès les cinéphiles de l’Outaouais à l’occasion des 8 jours consécutifs du FFO.

Le Festival s’ouvrira le 20 mars avec la comédie Divorce Club de Michael Youn pour se clore le 27 mars avec le drame historique De Gaulle, le premier long métrage de Gabriel Le Bomin, mettant en vedette Lambert Wilson et Isabelle Carré.

La désormais traditionnelle projection du jour d’avant, le 19 mars, permettra aux cinéphiles de découvrir en avant-première Tu te souviendras de moi, le drame intergénérationnel d’Éric Tessier, mettant en vedette Rémy Girard, Julie LeBreton, Karelle Tremblay et France Castel — qui seront présent pour la projection.

Familier du FFO

Habitué de venir en Outaouais, notamment avec Broue où il a joué plus d’une centaine de fois au CNA, mais aussi pour ses films, Michel Côté est devenu au fil des années ami avec le fondateur et directeur du FFO, Didier Farré. Alors, rien de surprenant que, maintenant que son emploi du temps est moins chargé, il ait accepté d’être président d’honneur de la 22e édition.

« Avec tous les films que j’ai sortis, j’ai eu l’occasion de faire le tour du Québec plusieurs fois. Mais je trouve que Didier Farré fait beaucoup d’efforts pour que les films québécois marchent dans ses salles, confie Michel Côté. Alors, je me suis dit pourquoi ne pas lui renvoyer l’ascenseur et accepter la présidence d’honneur du festival. Et puis ma femme m’a convaincu de dire oui, puisque de toute façon on vient au festival. »

S’il voue une affection particulière pour le festival, c’est aussi pour la sélection de films faite par Didier Farré et son travail pour donner « une place au cinéma francophone dans une région entourée d’anglophones ».

« C’est un festival extrêmement accessible avec des films de qualité. Mais il y a 75 films et on ne pourra même pas tous les voir », lance le comédien.

Primeurs et cinéma québécois

Le fondateur et directeur du FFO, Didier Farré précise ne pas volontairement « chercher des primeurs parce qu’il «estime que le cinéma doit circuler». Pourtant, 27 films seront projetés en premier au cours du festival pour le plus grand plaisir des Gatinois.

Notons entre autres le film de Nicolas Bouhkrief, Trois jours une vie adapté du roman de Pierre Lemaître qui relate la disparition d’un enfant ; Pompéi qui met en vedette Aliocha Schneider. Ou encore le film du roumain Corneliu Porumboiu présenté au Festival de Cannes en sélection officielle Les Siffleurs et le conte d’animation franco-italien de Lorenzo Matteoti La fameuse invasion des ours en Sicile, également projeté à Cannes.

Le festival fait une fois de plus la part belle au cinéma québécois. Près d’une vingtaine de films, dont 3 documentaires, sont de la programmation. L’occasion pour les amateurs de salles obscures de voir (ou revoir) : l’adaptation de Louise Archambault du roman de Jocelyne Saucier Il pleuvait des oiseaux ou encore Antigone qui a représenté le Canada aux Oscars ; le dernier long-métrage de Podz, Mafia inc. ; le drame identitaire 14 jours 12 nuits avec Anne Dorval ou la chronique de jeunesse Flashwood.

«Ils sont presque tous là, s’étonne le président d’honneur du festival, Michel Côté. On en fait une trentaine par année et il y en a plus d’une quinzaine. Et tous les films ne sont pas encore sortis.»

Des films à la pelle

Pas moins de 38 films français sont également présentés. Parmi les incontournables : le film de Ladj Ly, nommé aux Oscars et Prix du jury à Cannes, Les Misérables ; La belle époque de Nicolas Bedos, Fahim avec Gérard Depardieu, Les plus belles années d’une vie de Claude Lelouch ou encore Au nom de ma fille avec Daniel Auteuil et Marie-Josée Croze et le film d’animation de Zabou Breitman et Éléa Gobbé-Mevelec inspiré du livre de Yasmina Khadra, Les hirondelles de Kaboul.

Les films étrangers ne sont pas en reste avec 53 films programmés.

Il sera ainsi possible d’apprécier le film du Sud-Coréen Joon-ho Bong, Parasite, qui a remporté l’Oscar du meilleur film et la Palme d’Or, Désolé de vous avoir manqué du Britannique Ken Loach, Jojo Rabbit du Néo-Zélandais Taika Waititi, lauréat de l’Oscar du meilleur scénario ou encore Papicha de l’Algérienne Mounia Meddour.

Au cours des 8 jours du festival, des classes de maître et des rencontres avec des artisans du milieu du cinéma seront offertes. Les Gatinois pourront ainsi discuter avec Michel Côté, Jean-Carl Boucher (1981) ou encore le réalisateur Éric Ruel.

+

Retraite d’acteur

Si Michel Côté a accepté le rôle de président d’honneur du FFo, c’est qu’il a mis sa carrière sur pause. 

« J’ai pris une retraite d’acteur, confie-t-il. Et tant qu’on ne m’offre pas de rôle incontournable, je reste à la retraite. Mais je ne suis pas pressé, je suis très bien sans travailler. Je ne sais même pas comment je faisais parce que je suis très occupé », lance en riant le comédien de 69 ans. 

Et ses journées qu’il dit bien remplies, il les occupe en faisant du ski, en voyageant et en passant beaucoup de temps avec ses trois petits enfants. 

« Avec ma femme, on en profite pendant qu’on est en santé. À deux, on a 100 ans de métier ! Alors, c’est bien de profiter de la vie aussi, parce qu’on ne sait jamais ce qu’elle nous réserve », précise Michel Côté.  

S’il ne ferme pas la porte à l’idée de revenir à l’écran, Michel Côté confie qu’il n’y tient pas à tout prix. 

« Si par hasard quelqu’un écrit un scénario en pensant m’amener ailleurs, je vais le faire. Mais ce n’est pas grave si ça n’arrive pas. Je ne veux pas faire de rôle de vieux, je veux faire des rôles de fous », mentionne-t-il. 

Le message est passé !

+

Les incontournables du FFO de Michel Côté

Ce n’est pas parce qu’il baigne abondamment dans le milieu du cinéma que le président d’honneur du Festival du film de l’Outaouais est à jour dans sa liste des films à voir. 

« Moi aussi, comme le public de l’Outaouais, j’en ai raté des films », avoue Michel Côté. 

À la question : quels seraient les cinq films à ne pas manquer selon vous ?, l’acteur répond : « sur 75 films, c’est difficile de s’arrêter à 5. Il y en a plein que je veux voir ! ». 

Voici néanmoins ceux qu’il est impatient de découvrir : 

– Parasite de Joon-ho Bong

– Portrait de la jeune fille en feu de Céline Sciamma

– De Gaulle de Gabriel Le Bomin

– Docteur ? de Tristan Séguéla

– Jouliks de Mariloup Wolfe

– Sympathie pour le diable de Guillaume de Fontenay