Avec «Ma Quincaillerie musicale», Ariane DesLions aura roulé son spectacle 250 fois que ce soit au Québec, en France, en Ontario ou en Saskachtewan.

Fabricoler des sons et des émotions

Depuis deux ans, la fabricoleuse Ariane DesLions trimballe sa «Quincaillerie musicale» à travers le Québec, mais aussi en France. Récemment, elle a étendu son horizon en se promenant dans le reste du Canada. Elle est d’ailleurs actuellement en tournée dans les écoles de l’Est ontarien et d’Ottawa.

Avec ce spectacle, qui de prime abord raconte la naissance de Tiou — outil à l’envers — interprété par son acolyte et directeur musical Simon Bergeron, la fabricoleuse excentrique offre des outils aux enfants de 4 à 9 ans pour les aider à affronter les tracas du quotidien.

Au cours de ce spectacle de 50 minutes, les enfants observent la frabicoleuse rafistoler et bricoler Tiou. Mais, son invention n’est pas si parfaite que ça.

« Donc cette perfectionniste, doit apprendre à composer avec la réalité. C’est à travers la différence de son acolyte qu’elle apprend à communiquer, avec la musique, certaines déceptions », raconte Ariane DesLions — de son vrai nom Ariane Dion-Deslauriers.

« Ma quincaillerie musicale, c’est la métaphore de ce coffre à outils qu’on possède à l’intérieur de nous. L’idée, c’est que face à un problème dans notre vie on peut retourner dans notre coffre, regarder ce qu’on a, et “fabricoler” des solutions. C’est cette créativité que je veux davantage réveiller chez les jeunes enfants », explique celle qui a une formation en musique classique.

Avec sa roukistar (guitare), sa pelalunch (ukulélé), ses gougounes, sa soumariflûte, ses mélodies accrocheuses et ses mots enfantins, la fabricoleuse aborde pourtant des enjeux bien sérieux comme la garde partagée, la situation des réfugiés, la gestion des émotions pour sensibiliser les enfants.

« Les enfants ne seront jamais trop préparés pour entrer dans le monde avec une plus grande ouverture face aux autres, face à la différence », souligne Ariane DesLions.

Le personnage de la fabricoleuse est né du parcours inusité d’Ariane DesLions. Celle qui a œuvré plusieurs années comme travailleuse sociale dans le domaine de l’itinérance et de la santé mentale s’est ensuite consacrée à la musique.

« C’est vraiment lorsque j’enseignais la musique dans les écoles que j’ai compris que la musique est un médium formidable pour transmettre des messages, des mots », fait-elle remarquer.

Avec Ma Quincaillerie musicale, Ariane DesLions aura roulé son spectacle 250 fois que ce soit au Québec, en France, en Ontario ou en Saskachtewan.

Éveiller la créativité

À l’occasion de sa tournée dans les écoles de l’Est ontarien qui a débuté le 13 novembre et qui s’achèvera le 19 novembre à Ottawa, Ariane Deslions souhaite également éveiller la créativité et l’imagination des enfants.

« Ce qu’il y a de plus précieux chez les enfants, c’est cette créativité, cette capacité à s’émerveiller et à fabriquer des choses à partir de leur imaginaire. Mon personnage “fabricole” des instruments de musique à partir d’objets recyclés. C’est l’occasion de montrer que la musique est partout autour de nous », indique-t-elle.

La fabricoleuse aborde également la notion de recyclage et sensibilise les enfants à l’écologie. « Le message central du spectacle c’est de se rappeler tout ce qu’on peut faire soi-même avec peu de choses », dit la multi-instrumentiste originaire de Sherbrooke.

Ce spectacle « qui s’adresse à l’intelligence des enfants » et également ludique et divertissant.

« C’est très interactif, on leur fait faire de la percussion corporelle, mais on leur pose aussi des questions. On est parfois dans l’attention parce qu’on aborde des enjeux poignants, mais il y a une grande part clownesque dans le spectacle pour dédramatiser les enjeux sociaux », fait remarquer Ariane DesLions.

Après sa tournée dans la région, Ariane DesLions et Simon Bergeron trimballeront toute leur Quincaillerie musicale dans l’Ontario et la Saskatchewan francophone.

+

Bric-à-brac de projets

Outre Ma Quincaillerie musicale, Ariane DesLions a dans son coffre plusieurs projets.

Elle sortira en mars prochain, un album intitulé Rêve à colorier. D’ailleurs, un premier extrait, Ma montgolfière, est disponible depuis le mois de mai. D’autres pièces détachées de ce prochain album seront dévoilées, dont DesLions.

Un nouveau spectacle, Rêve à colorier, qui est en cours de bricolage devrait quant à lui prendre la route dès l’été 2020. « On plongera dans l’intimité de la fabricoleuse, on abordera la peur de l’échec, la prise de risque, les conflits familiaux, les tempêtes du quotidien », confie Ariane DesLions.

Une web-série sera également lancée dans le courant de l’année prochaine. Intitulé La fabricolerie, les jeunes pourront retrouver des outils quotidiens ainsi que des capsules de bricolage et musicales.

Ariane DesLions a également travaillé de concert avec des écoles de l’Estrie et l’organisme Famille Espoir pour épauler 120 enfants à donner vie à un livre audio destiné aux 9 à 13 ans.

Ces jeunes sont devenus auteurs, chanteurs ou encore illustrateurs pour concevoir Le secret de Scott et Atsa, un livre qui démystifie l’intimidation.