Le groupe gatinois FET.NAT a été programmé le vendredi 31 janvier.

Expérimentations technologiques au Festival de jazz d’hiver d’Ottawa

Le Festival de jazz d’Ottawa (FJO) a dévoilé mardi sa programmation hivernale, sorte d’amuse-bouche en attendant sa 40e édition — qui se déroulera à la mi-juin.

La 9e édition du Festival de jazz d’hiver d’Ottawa (FJHO), qui s’étirera sur trois jours à partir du 30 janvier, s’écarte de l’approche traditionnelle du jazz, pour proposer une « exploration » moderniste du genre. 

Cette année, le FJHO s’arrime au Sommet numérique de la musique créative. Le festival fera donc bon usage des nouvelles technologies, des boucles électroniques, des algorithmes informatiques — et même des cellulaires — au fil de seize concerts où l’on pourra voir apparaître, ici une viole de gambe, là un synthétiseur ou un piano Disklavier.

« Le FJHO se penche sur une musique créative [et] avant-gardiste, qui pousse l’art vers de nouveaux sommets », résume son directeur de la programmation, Petr Cancura. 

Ce dernier a cerné ses invités autour d’une question : « Comment l’art du jazz équilibre-t-il les nouvelles technologies et l’expérience humaine ? » Le jazz traditionnel côtoiera donc le jazz expérimental.

La créativité s’exprimera jeudi 30 janvier en compagnie d’Adrean Farrugia et Joel Frahm, de Mats Gustafsson, du Boudreau Quartet (les Ottaviens Garry Elliott à la guitare et Steve Boudreau au piano), puis de Clarice Jensen. 

De son côté, le collectif 33z rendra hommage à Stevie Wonder, dans des arrangements signés Petr Cancura ; 33z, un habitué du festival, a dans le passé rendu des hommages similaires à Prince, Michael Jackson et Aretha Franklin, et toujours à guichets fermés.

Tepfer, Bach et les algorithmes

Vendredi 31 janvier, on pourra profiter du quatuor gatinois FET.NAT, qui s’est retrouvé sur la courte liste du prix Polaris l’an dernier, et de la présence du Larnell Lewis Band, de Jean-Michel Pilc et Roddy Ellias (réunis au sein du Free Spirit Duo), du Joel Frahm Trio, de Colin Stetson et Mats Gustafsson, jumelés, et de Tin Men and the Telephone.

Samedi soir, le Newyorkais Dan Tepfer offrira «Natural Machines».

Samedi soir, le Newyorkais Dan Tepfer offrira Natural Machines, spectacle technologique dans lequel le pianiste jongle avec un Disklavier bombardé d’« algorithmes pilotés par l’ordinateur ». En après-midi, Tefner, astrophysicien de formation, aura donné la conférence De Bach à Natural Machines, les algorithmes pour composer de la musique

Dans cette présentation gratuite, il explique « les liens profonds » entre la musique de Bach et les algorithmes qui nourrissent Natural Machines

La soirée se poursuivra avec Colin Stetson, Quartetski (Four6 de John Cage), le Becca Stevens Band et Allison Au Quartet

Les spectacles présentés seront présentés dans différents espaces de la Cour des arts d’Ottawa (Galerie SAW, Théâtre, Black Box, hall Alma-Duncan et ODD Box), au 2, avenue Daly.

Les billets sont disponibles en ligne (OttawaJazzFestival.com), par téléphone (613-241-2633) ou en personne, au bureau du Festival (602–294, rue Albert).