La chanteuse gatinoise Eva Avila a uni sa destinée à celle de son fiancé, Edoardo Scordo, le 22 mai, en pleine pandémie.
La chanteuse gatinoise Eva Avila a uni sa destinée à celle de son fiancé, Edoardo Scordo, le 22 mai, en pleine pandémie.

Eva Avila mariée en pleine pandémie

Se marier en temps de pandémie, ce n’est pas le rêve de tous les nouveaux mariés. Pourtant, certains ont décidé de faire le grand saut quand même.

La chanteuse gatinoise Eva Avila est de celles qui n’ont pas hésité. Elle a uni sa destinée à celle de son fiancé, Edoardo Scordo, le 22 mai. La cérémonie s’est déroulée dans le bureau d’un notaire du secteur Aylmer, à Gatineau.

« Il faut être prêt à laisser de côté les grandes célébrations et les grands mariages, confie Eva lorsque jointe par Le Droit. Pour notre mariage, nous étions dans un bureau de notaire à Aylmer. J’étais quand même comblée parce que mon père, ma mère et mon petit frère étaient présents. »

La chanteuse s’est dite très émue pendant la courte cérémonie qui a uni le couple.

« C’était parfait. On a échangé nos vœux et nous avons partagé ce moment important de nos vies avec ma famille. C’était spécial quand même », avoue-t-elle sans hésitation.

Le mariage en temps de pandémie est possible, mais la cérémonie doit se faire en suivant les consignes et les mesures sanitaires prescrites.

Eva Avila et son époux Edoardo Scordo

Étant donné que les mariages et les unions civiles ne peuvent être célébrés en mode visioconférence, les conjoints, les témoins et le célébrant doivent être présents en personne (www.etatcivil.gouv.qc.ca/fr/nouvelles.html).

« Pour Edoardo et moi, il n’en fallait pas plus, ajoute la jeune mariée. On a discuté plusieurs fois du contexte dans lequel on se trouve présentement et on en est venu à la conclusion que ça n’empêchait rien, que nous voulions nous marier et que c’est tout ce qui comptait en fin de compte. »

Confinés à Gatineau

Eva et son conjoint ont passé les deux derniers mois à Gatineau, chez la mère d’Eva. Le couple qui était en tournée aux États-Unis avec le groupe Brit Floyd au moment du déclenchement des mesures de confinement, a dû rapidement prendre une décision pour la suite des choses.

« Nous étions à New York, au début de notre tournée américaine, se souvient Eva. À l’annonce du confinement, on nous a dit que notre tournée était arrêtée et que les spectacles étaient reportés à l’an prochain. Il fallait donc retourner à la maison. Dans notre cas, c’était en Italie, à Pise, que nous avions notre appartement. »

À ce moment-là, aux alentours du 15 mars, la COVID-19 frappait durement certains pays d’Europe et plus particulièrement l’Italie. Il semblait donc impossible pour le couple de retourner à leur appartement italien.

« C’était hors de question que nous repartions pour l’Italie, assure Eva. On a donc choisi de rentrer au Canada et de s’installer chez ma mère, à Gatineau. On se disait innocemment que nous allions rester quelques semaines ici et que la tournée allait reprendre dans quelques mois. On s’est royalement trompé ! »

Comme tous les artistes de la planète, l’agenda de Eva et Edoardo s’est immédiatement vidé de son contenu. Plus rien à l’horaire, sauf attendre et peut-être créer et se laisser inspirer.

« C’est en voyant les semaines passer que nous avons décidé de nous marier à Gatineau, confie la Canadian Idol de 2006. Et en voyant arriver un certain relâchement dans les mesures de confinement et la possibilité de voyager, notre décision de nous marier et de retourner à Pise était de plus en plus réalisable. »

... et en Italie

Le couple s’est donc envolé pour l’Italie mardi dernier. Un long voyage qui les a fait passer par Ottawa, Toronto, Amsterdam et Rome avant de pouvoir rentrer à Pise où ils ont leur appartement.

« J’ai eu un choc quand je suis arrivé à l’aéroport d’Ottawa. C’était entièrement vide, presque pas de passagers et encore moins de personnel, raconte-t-elle. Avant de monter dans l’avion, on a dû porter un masque, on a pris notre température et on a rempli une déclaration de santé. Dans l’avion, aucun service aux passagers n’est offert. Il y a un petit sac scellé sur notre siège contenant une collation et des breuvages, c’est tout. Arrivés à Rome, on a fait face à un barrage de questions avant de pouvoir louer une voiture pour se rendre à Pise. Ce fut toute une aventure. » Évidemment, le couple devra observer une quarantaine de 14 jours dans leur appartement de la Toscane avant de pouvoir reprendre un semblant de vie normale. Mais encore là, ça n’embête pas trop la Gatinoise.

« Je suis heureuse d’être arrivée chez nous, mais je dois avouer que je suis une fille très ennuyeuse et je sais très bien que je vais vouloir revenir au Canada plus tôt que tard pour revoir ma famille, dit-elle non sans un éclat de rire. Mais tu sais, passer l’été en Italie, c’est pas si mal quand même ! »

Au cours de son confinement italien, Eva et Edoardo comptent bien faire quelques prestations live sur Facebook. « Un peu parce que je veux garder le contact avec ma famille et mes amis et aussi parce que nous travaillons sur des chansons, surtout Edoardo qui prépare un projet solo. »

Quant à son avenir, Eva croit que la tournée avec Brit Floyd va se remettre en branle quand toute cette crise sera derrière nous.

« La tournée américaine a été reportée à l’an prochain, mais rien n’a encore été décidé pour la tournée européenne, ajoute-t-elle. J’espère que l’on retournera sur scène dès que possible. J’adore notre équipe et notre band. Le show (hommage à Pink Floyd) est un des plus importants de la planète et nous jouons partout à travers le monde. C’est une job de rêve!. »