Dans ce premier spectacle, Mathieu Cyr ne s’en cache pas: il vise un punch aux huit secondes. «Je veux que ça ait l’énergie d’un show rock, mais dans un mélange de pur stand-up américain et d’anecdotes racontées.»
Dans ce premier spectacle, Mathieu Cyr ne s’en cache pas: il vise un punch aux huit secondes. «Je veux que ça ait l’énergie d’un show rock, mais dans un mélange de pur stand-up américain et d’anecdotes racontées.»

(En)fin prêt

Marie-Ève Lambert
Marie-Ève Lambert
La Voix de l'Est
Mathieu Cyr a fait 1001 métiers avant de se lancer en humour. Il a livré du poisson à New York, a planté des arbres en Alberta, a fait le clown dans un centre commercial... S’il est aujourd’hui humoriste, c’est parce qu’un jour, sa blonde de l’époque l’a laissé «parce que je ne faisais rien de ma vie», dit-il. «Et elle avait raison», ajoute-t-il aussitôt. «Ça m’a un peu ébranlé, et c’est là que je me suis inscrit à l’École nationale de l’humour.»