#elleaussi

Visage emmitouflé dans un manteau d’hiver : c’est la première image FaceTime qui nous parvient de Daina Ashbee. La jeune chorégraphe a réussi à trouver un réseau Wifi assez stable à Nuuk, la capitale du Groenland.

Quelque 17 000 âmes et un festival de créations artistiques où elle est actuellement invitée. Bénéficiant d’une résidence de quelques jours, la Canadienne lance les jalons d’un nouveau projet de danse qu’elle présentera sur place avec un interprète belge avant de participer à la Série Face à Face du département en danse du Centre national des arts (CNA). Cette cinquième édition est organisée pour la première fois en partenariat avec La Nouvelle Scène et le Centre de danse contemporaine d’Ottawa (CDC). Daina Ashbee, chorégraphe métisse venue de la Colombie-Britannique, représente bien le profil des artistes conviés à cette série produite par le CNA : à 27 ans, son talent a déjà été récompensé par deux Prix de la danse de Montréal – dont un dans la catégorie Découverte pour Unrelated. Son travail s’exporte déjà sur les scènes internationales, en Europe notamment. « Mais au Canada, c’est la première fois que je présenterai une création hors Québec », précise la chorégraphe désormais établie à Montréal. Unrelated prend l’affiche les 27 et 28 octobre à la Nouvelle Scène.

Ce duo féminin de 70 minutes à mi-chemin entre danse et théâtre coïncide sombrement avec l’actualité des derniers jours sur le harcèlement des femmes dénoncé depuis l’affaire Weinstein. Daina Ashbee explore plus précisément les violences faites aux femmes autochtones et incarne, une fois de plus, la difficulté de trouver les mots pour les exprimer.

« Comme ce sujet me touche personnellement, j’ai décidé de moins en parler pour essayer de me protéger, confie-t-elle. La chorégraphie m’a appris à me sortir de cette partie sombre de ma vie. J’essaie de garder les choses positives parce qu’il est facile de rester victime et de tomber dans l’auto-destruction. »

Sur scène, elle a voulu exprimer par le mouvement « une violence inconfortable, où les filles deviennent des objets. » Exhiber une certaine déconnexion entre ses personnages, car « trop souvent, on se voit séparés les uns des autres alors que tout est interrelié. Notre relation à nous-mêmes, à la terre, aux animaux, à la nourriture nous définit. Si je ne prends pas soin de moi, je ne pourrai pas prendre soin des autres. »  

Pour Unrelated, créée en 2014, elle a voulu une performance « crue, sans musique ni transitions de lumières ». La chorégraphie repose sur la modulation d’une seule note, les bruits des corps en mouvement, la respiration. Une pièce toute désignée pour être présentée dans la série Face à Face, en somme, qui programme sept chorégraphes canadiens émergents s’étant déjà exportés sur la scène internationale. 

Et quand on lui demande comment la danse s’est imposée comme moyen d’expression privilégié, Daina Ashbee retombe gaiement en adolescence : « J’étais une très grande fan de Michael Jackson, je voulais simplement danser comme lui ! » 


POUR Y ALLER :

Les 27 et 28 octobre, 19 h

La Nouvelle Scène

Billetterie du CNA, 613-947-7000 ; Ticketmaster.ca, 1-888-991-2787