Le documentaire Michael Jackson: l’envers du décor sera présenté sur les ondes de Canal D, le mercredi 21 février.

Devenons-nous plus stupides?

CHRONIQUE / Voici une émission qui pourrait en rebuter plusieurs par son caractère scientifique, mais qui pourtant, a pour but de faire la lumière sur quelques phénomènes inquiétants et de plus en plus fréquents dans les sociétés modernes. Demain, tous crétins ?, à Explora, le mercredi 21 février, 21 h.

Les chercheurs finlandais notent, depuis deux décennies, une baisse marquée du quotient intellectuel, même chose en Estonie, en France, en Allemagne. Nous devenons de plus en plus stupides, et si on ne fait rien, la civilisation qui repose sur l’intelligence ira en sens inverse. On révèle de plus que l’autisme, le déficit de l’attention et l’hyperactivité ont augmenté de 600 %, en Californie, de 1990 à 2001. Il semblerait que la thyroïde serait directement liée au retard mental (d’où l’importance de l’iode chez les femmes enceintes, qui prévient le crétinisme).

On pointe les perturbateurs endocriniens (tels que le brome, le fluor, le chlore) qui stoppent la fonction de l’iode. Et ces perturbateurs sont présents dans les transformateurs électriques, la peinture, la colle, les pyjamas des bébés, les retardateurs de flammes et combien d’autres produits tels que cosmétiques, savons, emballages, etc.

Le Michael Jackson qu’on refuse de voir
Rares sont les artistes qui ont pu atteindre les sommets de la gloire, ces sommets d’où il devient périlleux de vouloir les rapatrier au ras des pâquerettes. Mais l’artiste a beau être sublime, il demeure avant tout un humain avec ses grandeurs et ses misères.

Le documentaire Michael Jackson : l’envers du décor tente, malgré le solide noyau d’inconditionnels qui cherchent à préserver intacte la mémoire de leur icône, de rendre la juste appréciation de l’homme derrière cet artiste au talent exceptionnel. Il faut se boucher les yeux pour refuser d’admettre que l’interprète de Thriller aimait s’entourer d’enfants, d’abord, pour parfaire son image. Mais, même s’il chantait des chansons laissant supposer qu’il aimait les femmes, les témoignages de proches s’accordent pour dire que le rockeur, rusé, manipulateur, savait choisir les jeunes garçons, préférablement issus de familles dysfonctionnelles, car plus faciles à attaquer en cour. À Canal D, le mercredi 21 février, 22 h.

Steve McQueen, homme libre jusqu’à la fin
À sa naissance, son père a disparu de sa vie. Son enfance s’est passée auprès d’une mère prostituée. C’est dans la rue que Steve McQueen a grandi, auprès de compagnons peu recommandables. D’où son caractère déterminé, indépendant et libre. Il a toujours défié la vie. Et quand il fut touché par la maladie, il a choisi un traitement alternatif, discutable pour certains médecins. Mais de quoi serait-il mort au juste ? Le Dr Michael Hunter, médecin légiste, s’est penché sur son cas qui a suscité diverses explications. À Investigation, Hollywood Autopsy, le mardi 20 février, 20 h.

Ce samedi, 19 h, TV5 présente un autre épisode de La vie secrète des chansons sous le thème de l’amitié, comme le lien qui s’est créé entre Stephan Eicher et Philippe Djian, dont l’amitié a été scellée avec la chanson Je n’ai pas d’ami comme toi ; Place des grands hommes, écrite et interprétée par Patrick Bruel pour ses amis personnels ; Adamo, lui, rendait hommage à son cousin et gérant Fredo avec Je vous parle d’un ami, alors que la Petite Cantate de Barbara était un adieu à sa pianiste morte dans un accident. Puis Serge Lama, France Gall et Michel Berger évoquent, à leur tour, des personnes parmi les plus importantes pour eux.