Une artiste calligraphe originaire de Gatineau, Cinthia Plouffe, s’affaire depuis jeudi à les déposer des citations de membres de l’Association des auteurs et auteures de l’Outaouais sur le bitume du Vieux-Hull.

Des mots pour égayer le macadam

Après une pause d’un an, la prose et la poésie prendront de nouveau d’assaut le bitume du Sentier culturel pour inviter les badauds à une pause littéraire.

Au total, pas moins de 20 citations de membres de l’Association des auteurs et auteures de l’Outaouais seront calligraphiées sur les trottoirs de la rue Laurier jusqu’à la rue Montcalm, en passant par les rues Hôtel-de-Ville et la Promenade du Portage.

Et pour donner vie à ses mots sur le Sentier culturel, c’est l’artiste calligraphe, originaire de Gatineau, Cinthia Plouffe qui, pinceaux à la main, s’affaire depuis jeudi à les déposer sur le bitume du Vieux-Hull. Toutes les citations devraient être au sol d’ici les deux prochaines semaines.

« Écrire à la main est un geste devenu rare aujourd’hui, constate Cinthia Plouffe. Mon but est de ramener les gens à l’observation de la beauté, à ralentir, et à décrocher de leurs téléphones pour regarder. »

Tels des clins d’œil, les citations choisies par le comité des Donneurs de mots feront — autant que possible — référence aux lieux qu’elles habiteront.

« Si on est un peu attentif, il y a des endroits où les citations prennent beaucoup de sens, indique Liliane Bertrand, membre du comité organisateur Les Donneurs de mots. Par exemple, on pourra lire la citation de Monique Pellerin : “S’emporter pour une cause et se perdre de vue”, sur la rue de l’Hôtel-de-Ville — après la passerelle qui surplombe la rue Maisonneuve d’où bon nombre de personnes se sont emportées lors des expropriations. »

La citation d’Andrée Poulin : « Il faut beaucoup de courage pour se réinstaller dans un nouvel endroit », prendra quant à elle tout son sens devant l’Université autonome du Mexique. Celle de Marjolaine Beauchamp : « Nous avons faim d’humanité. Nous avons soif de vivre. », aura une tout autre connotation lorsqu’elle sera calligraphiée devant le Soif bar à vin.

Si l’objectif premier est d’apporter de la prose et de la poésie le long de la ligne rouge qu’est le Sentier culturel, la calligraphie des 20 citations devrait également susciter une certaine réflexion auprès des promeneurs. « Le sentier culturel a de beaux éléments décoratifs, mais avec les mots on a ajouté de la profondeur. On y a mis des déclencheurs de réflexion et d’interaction », estime Monique Pellerin, auteure et coordonnatrice du comité.

Liliane Bertrand espère également que cette initiative « permettra aux passants et aux touristes d’être éblouis par les écrivains d’ici. »

L’initiative de calligraphie de citations sur le Sentier culturel est la première de trois phases de médiation culturelle du projet Les Donneurs de mots, qui a vu le jour en 2016.

Le second volet aura lieu les 30 et 31 août, lorsqu’une douzaine d’amoureux des mots, âgés de 13 à 73 ans, viendront calligraphier, sous la supervision de Cinthia Plouffe, 30 citations sur les vitrines de la rue Eddy. « Ce sera la première fois qu’ils travailleront sur une vitrine, je vais donc les guider pour qu’ils sachent, par exemple, comment calculer l’espace, la taille des mots, et aussi comment utiliser un niveau », indique l’artiste dont les œuvres ont déjà remporté différents prix.

Enfin, la Journée du don des Donneurs de mots aura lieu le 29 septembre. L’occasion pour les citoyens désireux d’avoir des conseils et du soutien en écriture de rencontrer 22 auteurs pour ainsi laisser les mots glisser sur le papier.