Le président d’Impératif français, Jean-Paul Perreault, a dévoilé l’ensemble de la programmation de la Francofête qui se tiendra dans plusieurs lieux de diffusions de Gatineau.

De Roxane Bruneau à Louise Forestier

Impératif français a dévoilé, mercredi, la liste des spectacles fédérés par la Francofête, qui se déroulera à Gatineau du 10 au 25 mars, de façon à coïncider avec la Journée internationale de la Francophonie, fêtée le 20 mars.

Petite nouveauté de cette édition, le bistro Le Troquet se greffe aux festivités. Le bar du Vieux-Hull accueillera trois spectacles de musique — la chanteuse Roxane Bruneau, véritable phénomène des réseaux sociaux, sera de passage le 17 mars ; la bande acadienne des Hôtesses d’Hilaire insufflera une dose de rock poético-psychédélique le 16 mars ; le chanteur innu Matiu fera entendre son « folk bipolaire » le 24 mars — ainsi que les humoristes Jean-François Provençal et Julien Corriveau, deux membres de la bande des Appendices (23 mars). Des humoristes de la région assureront leur première partie. MM Provençal et Corriveau viendront parler des différentes longueurs de saucisses à hot-dog, puisque le premier thème envisagé — la reproduction des tortues — leur a valu une mise en demeure de la part de certaines associations de défense des droits animaux, selon ce qu’a laissé entendre à la blague le tandem Appendiceux.

Le président d’Impératif français, Jean-Paul Perreault, a souligné la diversité et d’une programmation qui comprend aussi du théâtre, de la magie et de la poésie... sans oublier le traditionnel déjeuner-causerie... qui donnera cette année le micro à Louise Forestier.

La chanteuse, comédienne, auteure et chroniqueuse sera au cœur de cette causerie ayant pour thème Ne touchez pas à mon piano, à mes amours, à ma folie, à mon français, car c’est ma voix, car c’est ma peau, prévue le dimanche 25 mars, à 11 h, au club de golf de Gatineau. Le prix Impératif français lui sera remis à cette occasion. Le club de golf en profitera pour accrocher des toiles d’Isabelle Regout.

L’offre artistique de la Francofête comprend se démarque par sa « qualité exceptionnelle », a souligné Jean-Paul Perreault. Les célébrations débuteront le 10 mars en compagnie de Luc Langevin, qui viendra présenter son nouveau spectacle, Maintenant Demain, à la salle Odyssée de la Maison de la culture de Gatineau.

Le concert d’Émile Proulx-Cloutier prévu le 15 mars à la Salle Jean-Despréz affiche déjà complet, mais la Ville ouvre les portes du Cabaret La Basoche à (Steve) Dumas, qui y défendra le 22 mars ses nouvelles chansons (tirées de l’album Nos idéaux, à paraître le 23 février), ainsi qu’à Chloé Lacan, chanteuse française attendue le 23 mars. « Son spectacle va vous décoiffer, pour ceux qui ont encore des cheveux. ça cogne fort », s’est enthousiasmé Jean-Paul Perreault.

Théâtre
Le volet dramaturgique de la Francofête se déclinera en deux temps. Le Théâtre de l’Île accueillera Hosanna du 14 mars au 14 avril.

Cette pièce classique de Michel Tremblay sera mise en scène par Sylvie Dufour, et défendue par deux admirables comédiens de la région, Benjamin Gaillard et Sébastien Dijkstra. Et à l’heure on l’on célèbre la langue de Molière... pourquoi ne pas le faire avec Molière lui-même ? La comédie Les Fourberies de Scapin prendra l’affiche à la Salle Odyssée les 23 et 24 mars. Il s’agit de la version itinérante de la production du Théâtre du Nouveau Monde, mettant en vedette Nenoit Brière et Patrice Coquereau, dans une mise en scène de Carl Béchard.

Le cabaret d’Aylmer propose quant à lui Mokatek et l’étoile disparue, pièce de Dave Jenniss destinée aux bambins de 2 à 5 ans (25 mars, 14 h).

L’offre humoristique sera complétée par un match d’impro organisé au Cégep de l’Outaouais, le 14 mars à 19 h.

Ce match gratuit, offert par la ligue des Crinqués, aura lieu au Studio-théâtre du campus Félix-Leclerc. Ce même studio accueillera ensuite la troupe de théâtre du Cégep, Les Fous de la rampe, qui présenteront le spectacle Ecce Homo, lui, payant (10 $), du 15 au 17 mars.

« La FrancoFête est le résultat d’une convergence des lieux culturels de l’Outaouais qui se donnent la main pour offrir à la population de l’Outaouais et de l’Ontario français une programmation diversifiée », a rappelé M. Perreault, heureux de pouvoir compter sur son nouveau partenaire, Le Troquet, qui permet à la Francofête de mieux investir le centre-ville.

Détails et programmation : imperatif-français.org ; 819-684 8460.

Concours sur réseaux sociaux
Impératif français en a profité pour convier le grand public à participer en grand nombre aux deux concours organisés en perspective de ces célébrations. Ces deux concours mise sur la force des réseaux sociaux pour encourager tout le monde, et en particulier les jeunes, à « se (r)approprier » la langue française « de manière ludique et originale ».

Intitulé Tourne ta langue 10 fois avant de filmer, Le premier concours encourage les utilisateurs du réseau Snapchat à créer de courtes vidéos humoristique ayant pour thème une expression imagée de la parlure québécoise (se tirer une bûche, cogner des clous, tiguidou, la broue dans le toupet, etc.).

Le second concours entend utiliser les habitudes de la twittoshère pour faire émerger le talent des poètes amateurs. Chacun est invité à composer un poème allant jusqu’à 274 caractères. Le chiffre symbolise les 274 millions de francophones disséminés aux quatre coins du monde. Pour participer, il suffit d’accompagner son gazouillis du mot-clic #Twittesie et de l’identifiant @imp_francais. Les gazouillis ne devront comporter aucune faute de français.

Ces haïkus 2.0 célèbrent-ils véritablement l’amour et le respect de la langue twittée ? Jean-Paul Perreault pense que oui : ils « auront comme effet, peut-être, de créer, à grande échelle, davantage de liens avec la poésie. [...] Et ça va probablement nous permettre de nous rapprocher d’une clientèle qui découvrira, nous l’espérons, une forme d’expression [...] et peut-être même de voir émerger, demain, une relève en poésie. » Et puis « ça n’enlève rien à la poésie (classique), ça vient s’ajouter à ce qui existe déjà », conclut-il.

Ces deux concours sont ouverts jusqu’au 15 mars. Des prix en argent sont à la clef.