Dany Bédar lancera son neuvième album en carrière, ce vendredi 27 septembre.

Dany Bédar: «Ma vie racontée en dix chansons»

Depuis la parution de son premier album en 2002, Dany Bédar en a écrit, des histoires. Il les a aussi chantées sur tellement de scènes qu’il n’ose plus les compter.

Le 27 septembre, l’Abitibien lancera son neuvième album studio en carrière. Une galette qu’il a cuisinée dans les studios Planet, à Montréal.

« J’écris toujours des histoires qui me touchent de près… ou de loin, avoue-t-il avec un sourire dans la voix. C’est difficile pour moi de m’éloigner de ce que je vis pour écrire. Mais aujourd’hui, je le fais peut-être avec un peu plus de légèreté qu’à mes débuts. »

Pour ce nouveau projet qu’il peaufine depuis près de trois ans, Bédar s’est adjoint un homme de confiance.

Daniel Cirelli, propriétaire des studios Planet et nouveau gérant de l’artiste, a coréalisé l’album avec lui.

« C’est un gars de grande expérience, qui partage la même passion pour le travail en studio que moi, explique-t-il. Je suis une vraie bibitte de studio, alors on s’entend très bien dans ce domaine. Ses conseils ont été très précieux tout au long du processus. »

Dans le studio de la rue Papineau, Dany Bédar s’est entouré d’amis de longue date, à commencer par son frère Martin, qui est le batteur de La Chicane. Le frérot a partagé les partitions de percussions avec Yanick Boivin, ex-batteur de Yelo Molo et actuel membre de La Chicane. Boivin est également un habitué des studios, lui qui réalise ses propres albums solos en plus d’avoir dirigé le dernier effort du groupe gatinois Les Chiens Sales.

Sur l’album, on retrouve aussi le bassiste Fred Beauséjour, complice de longue date de Bédar, et le pianiste François Blouin. Quant à l’auteur-compositeur-interprète, il s’est occupé des guitares.

Entièrement écrit et composé par Dany Bédar, l’album éponyme comprendra dix chansons. Quant aux sonorités, on reconnaît rapidement le son qui a fait la réputation de l’artiste. On sent immédiatement les influences folk de Bédar, qu’il décline sur des riffs qui flirtent avec le country, surtout dans le jeu des guitares.

« Mes influences proviennent de guitaristes comme Stevie Ray Vaughan et Eric Clapton. Je m’inspire du vieux folk tout en essayant d’être actuel, confie-t-il. Tu sais, après 30 ans de musique, on n’arrête jamais d’apprendre et de raffiner son style. Par contre, aujourd’hui, je suis quand même content du résultat et d’où je me situe quant à mon écriture et mon jeu de guitare. »

Dany Bédar lancera son neuvième album en carrière, ce vendredi 27 septembre.

La Chicane

Au cours des trois dernières années, Dany Bédar a repris sa place au sein de La Chicane. Son retour s’est opéré lorsque le groupe s’est réuni pour une série de concerts en 2016.

« On a fait plus de 150 shows et on a traversé le Québec à plusieurs reprises, en long et en large, explique-t-il. Au fil de ces tournées, j’ai vraiment repris goût à l’écriture et au plaisir de jouer mes chansons puisque dans le spectacle, il y a un moment où j’interprète mes propres tounes. Ce fut probablement l’élément déclencheur. »

Sur ce nouvel album, le « beau ténébreux » n’a pas voulu « rafraîchir » de vieux riffs. Au contraire, il a voulu graver de nouvelles idées, de nouvelles histoires et de nouvelles mélodies.

« Tout est flambant neuf, sur cet album. Il y a bien un riff ou deux que j’avais de mon tiroir, mais c’est vraiment tout, avoue-t-il. Je voulais absolument offrir quelque chose de nouveau, avec ce qui me fait vibrer depuis quelque temps, dont la naissance de mon fils. Je suis un gars de famille et je voulais que cette réalité se reflète dans l’album. C’est ma vie racontée en dix chansons. »

Sur l’une des pièces, l’artiste fait référence à la mort de son grand-père maternel qui, selon lui, a grandement affecté toute sa famille.

« Cet homme était un roc et un être tellement généreux. Il était très important dans notre famille et j’ai voulu parler de lui dans une chanson, mais pas en déplorant sa perte, avoue-t-il. Je voulais plutôt saluer sa vie avec l’humour qui le caractérisait. »

« Je ne crois pas que tu vas pleurer en écoutant la chanson. Par contre, tu risques d’avoir un sourire en coin, qui pourra, je l’espère, te rappeler des personnes qui tu as, toi aussi, perdues. »

L’équipe de Musicor, qui accompagne maintenant Bédar dans sa carrière, lancera l’album dans moins d’une semaine.

Un premier extrait, Je pense que tu es en amour, est actuellement disponible pour l’écoute et le téléchargement. Et depuis peu, un vidéoclip accompagne la chanson.

Il ne reste qu’à recevoir les dates des spectacles qui suivront.