La Galerie d’art d’Ottawa fait partie des bâtiments que le public pourra visiter grâce à l’événement Portes ouvertes Ottawa.

Dans le secret des édifices d’Ottawa

Ce week-end, Ottawa donne accès à ses édifices.

Pour ces deux journées portes ouvertes, tenues cette année les 2 et 3 juin, les visiteurs pourront flâner à l’intérieur de plus de 120 bâtiments de la région présentant un intérêt patrimonial ou culturel.

Certains, comme la Cour suprême du Canada et les nombreux musées et églises que compte Ottawa, sont archi-connus et géographiquement « centraux ». D’autres le sont moins ou font plus rarement l’objet de visites (le Centre mondial du pluralisme ; les nombreuses ambassades de la capitale ; les casernes de pompiers ; la nouvelle centrale hydroélectrique d’Hydro Ottawa installée aux chutes de la Chaudière ; la Banque du Canada ; le centre bouddhiste Kadampa). D’autres sont carrément décentrés dans les secteurs dits « ruraux » (Carp, Leitrim, Manotick, etc.)

Cette année, la liste comprend une vingtaine de lieux que le public n’avait pas encore pu explorer dans le cadre de cette initiative destinée à mettre en valeur le patrimoine bâti. Parmi eux, le Centre de distribution de’Élections Canada, le Centre maçonnique d’Ottawa, le Flora Hall Brewing ou la Galerie d’art d’Ottawa (notre illustration) fraîchement rénovée.

Une « app’ » pour appareils mobiles
Petite nouveauté : Portes ouvertes Ottawa s’est dotée d’une toute nouvelle application pour téléphones intelligents (iPhone et systèmes Android). Cette app’ gratuite ne se contente pas de géolocaliser les quelque 120 édifices participant à l’initiative : elle fournit aussi des renseignements descriptifs et des photos permettant de les identifier. On peut la télécharger via les habituelles boutiques de Google Play et Apple.

À noter de certains bâtiments qu’on a pu visiter par le passé – l’ambassade des États-Unis, le Haut-commissariat de l’Afrique du Sud ou les Serres SunTech Ltée – ne participent pas à Portes ouvertes Ottawa 2018. En outre, si l’édifice McMillan accueille le public samedi 2 juin, il est en revanche fermé au public le lendemain.

Il faut par ailleurs montrer patte blanche pour certains lieux, qui exigent une préinscription avant toute visite. C’est notamment le cas de l’Ambassade de France et du Diefenbunker (Musée canadien de la Guerre froide), et de certains centres et laboratoires de recherches liés à l’université et à L’Hôpital d’Ottawa.

La liste des bâtiments ouverts se retrouve sur le site de la Ville, qui propose une carte interactive. Sur les médias sociaux, le mot-clic : #PortesOuvertesOttawa peut aiguiller les visiteurs peu familiers avec la géographie locale, tout comme la ligne d’informations municipales 3‑1‑1.

Navette gratuite
Pour faciliter la découvert de ce patrimoine prêt à livrer ses richesses voire ses secrets, le service de transports en commun d’Ottawa, OC Transpo, offrira un service gratuit de bus-navettes conduisant à une cinquantaine d’édifices participants, ou du moins à une distance de marche de l’entrée.

Concours de photos
Le public peut en outre participer à l’un des concours de photographie, en soumettant une photo d’un édifice participant à ces Portes ouvertes. Les chasseurs d’images peuvent soumettre leur(s) cliché(s) dans la catégorie « extérieur d’un édifice » ou une photo d’un édifice susceptible de s’inscrire dans le thème Ville en mouvement ».

Banque d’art
Mais puisque notre lectorat est a priori sensible aux arts, penchons-nous sur le cas du Conseil des arts, qui participe à cette initiative pour la 2e année consécutive, en ouvrant sa Banque d’art samedi (et samedi uniquement, de 10 h à 16 h)

Voici donc une occasion unique de découvrir « la plus importante collection d’œuvres d’art contemporain canadien », « cachée » dans les dédales du 921, boul. St-Laurent.

La Banque d’art aura réuni une centaine d’œuvres explorant une même (large) thématique : le transport en commun et le développement urbain, la migration et les frontières, la durabilité l’environnement.

Des visites guidées sont prévues, mais chacun pourra explorer la salle des collections à son rythme, quitte à poser quelques questions au personnel spécialisé qui sera sur place.

+

Renseignements : conseildesarts.ca