Stuart Baatnes et ses papillons au Musée canadien de la nature.

Couleurs ailées au Musée de la Nature

Le mercure plonge, mais le Musée canadien de la nature ouvre un lieu atypique où se réchauffer : une nouvelle serre tropicale à papillons accueille les visiteurs jusqu’au 2 avril. Pour en découvrir davantage sur le développement de spécimens costaricains et le plaisir de se laisser surprendre par leurs envolées.

L’exposition débute par une aire d’introduction didactique, un survol de diverses notions : de la pollinisation, à l’anatomie, en passant par le séquençage ADN où se cache la beauté des motifs et de la couleur des ailes de papillons.

Le visiteur pourra même observer les chrysalides et leurs cocons dans une vitrine convertie en pépinière. Les nouveaux venus, une fois éclos sous vos yeux, seront ensuite transférés dans le vivarium adjacent.   

« Les ailes prennent de 1 h à 2 h pour se déployer hors du cocon, » nous explique le chercheur Robert Anderson. La vitrine représente la couveuse de l’échantillonnage envoyé par la « ferme » située au Costa Rica.

Mais la vedette de l’exposition se cache un peu plus loin, dans un sas que l’on franchit non sans être averti de quelques règlements : « ne pas toucher les papillons, ne pas les écraser par inadvertance et les repousser avec délicatesse. »

Derrière un rideau à franges, des nuées de papillons évoluent dans une immense volière ajustée pour reproduire l’exceptionnelle douceur du climat tropical.

On peut alors admirer plus de 200 espèces s’ébattre sur des plantes tropicales, voleter d’une assiette de fruits à une autre, se poser sur la manche d’un visiteur ou frôler son cou.

Chacun dégaine son téléphone pour capturer le vol coloré d’un monarque, mais bien malin qui parviendra à le prendre en photo ! Ce spécimen à la plus grande migration au monde (on apprendra qu’il faut quatre générations de monarques pour accomplir un cycle migratoire complet), a le vol imprévisible malgré ses ailes d’un bleu vif photogénique.

« Les papillons vivent entre deux jours et deux semaines », complète M. Anderson. Le vivarium sera régulièrement alimenté afin de maintenir quelques 300 spécimens en activité toute la durée de l’exposition. Cette dernière est organisée en partenariat avec l’organisme Essential Costa Rica, lequel propose également un stand de café costaricain distribué gracieusement aux visiteurs les samedis. L’exposition constitue ainsi une vitrine de marque pour le Costa Rica, dont l’ambassadeur à Ottawa, Roberto Dormond Cantú, a rappelé le souci environnemental : « Mon pays consacre un quart de son territoire à des aires protégées et à des parcs nationaux voués à la conservation de la biodiversité ». La Costa Rica détient 5 % de la biodiversité mondiale.   

Le musée anticipe la popularité de Papillons en vol en offrant des billets à heure fixe. Il se réserve également le droit de limiter l’entrée à 30 personnes par session d’une demi-heure. 

POUR Y ALLER :

Quand ? Jusqu’au 2 avril 2018

Où ? Musée canadien de la nature

Renseignements ? 613 566 4700