Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Cinq œuvres pour les Jeux olympiques

L'équipe des arts
L'équipe des arts
Le Soleil
Article réservé aux abonnés

1. Moi, Tonya (2017), Craig Gillespie

Mettant en vedette Margot Robbie, ce délirant film biographique revient sur le parcours de la patineuse Tonya Harding, première Américaine à réussir un triple axel en compétition, mais plus célèbre pour une agression à la barre de fer contre sa rivale Nancy Kerrigan avant les Jeux de Lillehammer. Geneviève Bouchard

2. We Are The Champions (1977), Queen

Pas étonnant que cette mythique chanson ait été adoptée par bon nombre d’athlètes. Ce morceau célèbre avec puissance la persévérance et la victoire bien méritée suivant les multiples épreuves qui pavent notre route. Et avouons que, pour le commun des mortels, il nous donne aussi le courage de terminer une longue corvée de ménage. Léa Harvey

3. Astérix aux Jeux olympiques (2008), Frédéric Forestier et Thomas Langmann

Bien qu’un peu moins classique que Mission Cléopâtre, Astérix aux Jeux olympiques ramène son public à une époque bien lointaine, alors que cette fameuse compétition prend des airs bien différents d’aujourd’hui. Astérix (Clovis Cornillac) et Obélix (Gérard Depardieu) doivent affronter cette fois-ci Brutus, le fils de Jules César, afin de remporter le concours. Léa Harvey

4. Les apprentis champions (1993), Jonh Turteltaub

Elle n’est pas montée sur le podium, mais l’équipe jamaïcaine de bobsleigh aux Jeux de Calgary en 1988 a marqué l’imaginaire. Une prestation pour le moins singulière qui a inspiré ce film de Disney, avec le regretté John Candy comme coach de ces athlètes que personne n’attendait. Geneviève Bouchard

5. Les chariots de feu (1981), Hugh Hudson

Juste pour la musique mythique de Vangelis, qui donne envie de courir au ralenti, on revient à ce film lauréat de quatre oscars, racontant le périple de deux athlètes britanniques, mus par des raisons bien distinctes d’enfiler leurs espadrilles, vers les Jeux de Paris en 1924. Geneviève Bouchard