C’est toute une brochette d’artistes qui donnera vie à l’univers de Fred Pellerin dans le film <em>L’Arracheuse de temps</em>.
C’est toute une brochette d’artistes qui donnera vie à l’univers de Fred Pellerin dans le film <em>L’Arracheuse de temps</em>.

Une distribution cinq étoiles pour L’Arracheuse de temps

Marie-Ève Lambert
Marie-Ève Lambert
La Voix de l'Est
C’est toute une brochette d’artistes qui donnera vie à l’univers de Fred Pellerin dans le film L’Arracheuse de temps, dont le tournage commencera la semaine prochaine à Saint-Armand, en Montérégie, a dévoilé jeudi Attraction Images.

Jade Charbonneau interprétera ainsi Bernadette, Pier-Luc Funk incarnera le curé neuf, Geneviève Schmidt deviendra madame Gélinas, Céline Bonnier tiendra le rôle de La Stroop, Émile Proulx-Cloutier campera le marchand Toussaint Brodeur et Jeannette, la femme de ce dernier, sera jouée par Sonia Cordeau.

Ce n'est pas tout alors que Marc Messier interprétera le rôle du barbier Méo, Michèle Deslauriers incarnera la grand-mère Bernadette, Guillaume Cyr deviendra le forgeron Riopel tandis que Marie-Ève Beauregard campera sa fille, Lurette.

Le scénario, écrit par Fred Pellerin, part d’un petit garçon de 11 ans inquiet pour la santé de sa grand-mère en 1988. «La vieille conteuse tente de rassurer son petit-fils que la Mort n’existe plus. Son récit fera revivre les personnages extraordinaires du village de 1927 qui, par des tours rocambolesques, élimineront la Mort qui les menace», dit-on dans le communiqué.

«En 2007, à la suite du décès de mon père, j’ai écrit ce conte. C’est une histoire sur la Mort qui rôde au village au début du siècle passé. On en fait un film en 2021, et on dirait que l’histoire n’a jamais été autant d’actualité. C’est un vertige heureux de voir son histoire devenir un projet de cinéma. Comme aller faire une marche dans son imaginaire», confie Fred Pellerin.

Sous la supervision d’Arnaud Brisebois, cette image a été produite au moment où <em>L’arracheuse de temps</em> a été proposé aux institutions. Le tournage commencera le 13 octobre à Saint-Armand.

L’Arracheuse de temps est la troisième adaptation cinématographique d’un conte du célèbre Caxtonien après Babine (2008) et Ésimésac (2012). Ces deux dernières avaient été réalisées par Luc Picard. Cette fois, c’est Francis Leclerc qui se trouvera derrière la caméra.

Il s’agit d’une deuxième collaboration entre lui et le conteur de Saint-Élie-de-Caxton. Les deux hommes avaient travaillé ensemble sur Pieds nus dans l’aube (2017).

«Pour Pieds nus dans l’aube, mon précédent film, j’avais demandé à Fred de venir jouer dans mon carré de sable. Il a accepté l’invitation, il a pris sa pelle et son sceau, et on a eu bien du fun. Cette fois-ci, pour L’Arracheuse de temps, c’est lui qui m’a demandé de venir jouer avec lui dans son carré de sable. Comment refuser? On vous prépare tout un château, avec des murs, des voûtes et des tourelles spectaculaires. Avoir la chance de bâtir quelque chose avec Fred est un pur plaisir, un privilège», souligne Francis Leclerc.

Début du tournage

Le tournage débutera le 13 octobre dans le petit village frontalier de Saint-Armand, en Montérégie. Il s’étirera jusqu’au 25 octobre.

Les lieux retenus pour le tournage se situent dans un rayon de 500-600 mètres autour du magasin général, précisait le producteur, Antonello Cozzolino, à La Voix de l’Est début septembre. «On va littéralement transformer cette zone-là en petit village pour toutes les scènes extérieures du film», avait-il dit.

Les scènes d’intérieur seront, quant à elles, tournées en studio au printemps prochain.

La sortie du film, qui bénéficie d’un budget de 7 millions $, est prévue pour l’automne ou Noël 2021, si tout va bien. Il sera distribué par les Films Séville.