Le long métrage «Eaux troubles»

Un film franco-ontarien cherche des appuis financiers

Le long métrage «Eaux troubles», dont le tournage aura lieu à Ottawa en février, a lancé une campagne de financement participatif via le site «Kickstarter».

Il s’agira d’un film bilingue puisque la maison de production, Les films Believe (LFB), «cherche à estomper les frontières entre la production de films de langue française et ceux de langue anglaise au Canada».

La productrice de LFB, la Franco-Ontarienne Karolyne Pickett, voit dans sa démarche bilingue une façon «de contribuer à ce que la communauté franco-ontarienne se taille une place dans notre patrimoine cinématographique canadien».

«Dans le climat politique actuel, c’est essentiel qu’on s’affiche en tant que Franco-Ontariens et qu’on appuie nos artistes», estime la productrice.

Rôles de figuration

En échange de leurs dons, les sociofinanceurs peuvent décrocher un rôle de figurant dans le film, devenir stagiaire sur le plateau ou assister à une projection privée du film à Ottawa, Toronto ou Guelph. La production cherche aussi des commanditaires, qui seront crédités à titre de producteurs exécutifs.

Drame psychologique inspiré de la pièce de théâtre J’ai beaucoup changé depuis..., de Jocelyne Beaulieu, Eaux troubles traitera de féminisme, d’amitié, de santé mentale et de religion. Il mettra en vedette la cofondatrice de Vox Théâtre, Marie-Thé Morin.

Il s’agit du tout premier long-métrage des Films Believe. Il sera réalisé par l’auteur et metteur en scène Pierre Gregory, appuyé par Michael Tien à la direction photo. L’intrigue se situe à Ottawa.

Le montage financier est bouclé à 80 %, explique Mme Pickett, qui cherche par ce biais à obtenir le 20% restant. Elle espère pouvoir lancer ce film au festival de Cannes et au TIFF, à Toronto.