Dans une entrevue au «New York Magazine», la femme de Woody Allen, Soon-Yi Previn, revient sur sa relation tumultueuse avec sa mère adoptive, Mia Farrow.

Soon-Yi Previn à la défense de Woody Allen

NEW YORK — Soon Yi-Previn sort du silence: la femme de Woody Allen a pris la défense du réalisateur dans une entrevue inédite, révélant du même coup une histoire personnelle longtemps occultée par celle du prolifique metteur en scène.

Dans une entrevue publiée dimanche par le New York Magazine, Soon-Yi Previn, 47 ans, adoptée par Mia Farrow dans un orphelinat sud-coréen quand elle avait six ans, attaque longuement l’ex-compagne et muse de Woody Allen. Elle accuse l’héroïne de La rose pourpre du Caire d’avoir poussé son autre fille adoptive, Dylan Farrow, à relancer des accusations d’abus sexuels contre Woody Allen datant de 1992, lorsque Dylan avait sept ans. Et de l’avoir maltraitée elle-même, enfant.

«Ce qui arrive à Woody est si bouleversant, si injuste», déclare Soon-Yi Previn dans cette entrevue, réalisée par une amie de longue date de Woody Allen, Daphne Merkin.

Mia Farrow «a profité du mouvement #MeToo pour présenter Dylan en victime. Et toute une nouvelle génération entend parler de cette histoire alors qu’ils ne devraient pas», affirme encore celle dont la relation avec Woody Allen a gardé jusqu’à ce jour un parfum de scandale.

Neuf mois après une entrevue télévisée de Dylan Farrow, où cette dernière détaillait ses accusations contre Woody Allen, cet entretien relance la controverse autour du légendaire réalisateur, confronté à 82 ans au boycottage d’acteurs et actrices, comme Greta Gerwig ou Colin Firth, par solidarité avec Dylan.

Mia Farrow défendue par ses autres enfants 

Témoin des fractures au sein de cette famille hors du commun, sept des autres enfants adoptifs et biologiques de Mia Farrow ont pris la défense de Mia Farrow après la publication de l’entretien, attestant qu’elle avait toujours été «un parent aimant et généreux».

«Nous rejetons toute tentative de détourner les accusations de Dylan en essayant de vilipender notre mère», ont-ils indiqué dans un communiqué tweeté par Dylan.

Parmi les sept, Ronan Farrow, 30 ans, le fils de Mia Farrow, devenu journaliste et récompensé pour ses révélations sur Harvey Weinstein par un prix Pulitzer en avril.

Il a accusé l’article de «manquer d’attention aux faits, de refuser d’inclure des témoignages qui contrediraient des inexactitudes dans l’article, et de refuser d’inclure les réponses de ma sœur», avant de conclure: «Les victimes d’abus [sexuels] méritent mieux que ça.»

L’article relance au passage aussi les rumeurs sur la paternité de Ronan, officiellement fils de Woody Allen, même si certains ont évoqué Frank Sinatra, avec qui Mia Farrow a eu une liaison.

Interrogé en marge de l’entrevue de sa femme, Woody Allen dit «penser» que Ronan est son fils, mais qu’il n’y «mettrait pas sa main au feu».

«Désespérément attardée»

S’il expose à nouveau cette âpre bataille familiale, l’entretien avec Soon-Yi Previn apporte aussi un nouveau degré de complexité à une histoire déjà extraordinairement troublée.

La quadragénaire revient longuement sur ses relations difficiles avec sa mère adoptive, ressassant une série de mauvais souvenirs entre les deux femmes, qu’elle juge aussi incompatibles que «l’huile et l’eau».

Elle assure avoir eu dès le départ le sentiment d’être au bas de la «hiérarchie» qui existait selon elle entre les enfants adoptifs et biologiques de Mia Farrow et son mari d’alors, André Previn.

Soon-Yi Previn raconte notamment comment Mia Farrow, aujourd’hui âgée de 73 ans, lui aurait jeté à la figure un jeu de lettres en bois, car elle trouvait qu’elle n’apprenait pas assez vite l’alphabet.

L’actrice était si convaincue que sa fille adoptive était «désespérément attardée» mentale qu’elle la tenait parfois par les pieds, «pour faire couler le sang vers la tête [...] afin que je sois plus intelligente», affirme Soon-Yi Previn.

Son récit rejoint celui d’un autre fils adoptif de Mia Farrow, Moses, qui affirme aussi avoir, adolescent, servi parfois avec son frère Lark de «domestiques» à Mia Farrow, en charge des courses et du ménage.

Elle revient également sur la façon dont ses relations se sont progressivement réchauffées avec Woody Allen, à 17 ans, après qu’elle l’eut longtemps détesté. Et affirme qu’à l’époque, Woody Allen et Mia Farrow, étaient déjà en froid, «ne faisant plus rien ensemble», alors que Mia Farrow a assuré que ce n’était pas vrai.