Deux titres québécois, soit 1991 (2,7 millions $) et La Chute de l’empire américain (2,4 millions $), se retrouvent dans le palmarès des 20 titres les plus populaires de l’été.

Les parts de marché du cinéma québécois ont connu une baisse durant l’été

MONTRÉAL — Les recettes de l’ensemble des salles de cinéma et cinéparcs du Québec ont légèrement augmenté cet été comparativement à l’an dernier, mais les films québécois ont attiré environ deux fois moins de spectateurs.

Les parts de marchés des films québécois se sont en effets situées à 8,8 % pour la période estivale, avec un box-office cumulatif de 6,25 millions $. L’an dernier, le cumulatif avait atteint 12,44 millions $, soit une part de marché de 17,9 %, selon Cinéac, une entreprise qui compile les recettes des films.

Paradoxalement, il s’agit du «deuxième plus bel été du cinéma québécois en six ans», rapporte Cinéac.

Deux titres québécois, soit 1991 (2,7 millions $) et La Chute de l’empire américain (2,4 millions $), se retrouvent dans le palmarès des 20 titres les plus populaires de l’été. Toutes les autres productions apparaissant dans le «Top 20» sont d’origine américaine.

Dans l’ensemble, les recettes des salles de cinéma et des cinéparcs du Québec ont atteint 70,7 millions $, un résultat légèrement supérieur au box-office estival de l’an dernier (69,4 millions $). Le cinéma américain récolte la plus grande part de marché, soit 86,9 %.

En 2017, deux films québécois - les suites de Bon Cop, Bad Cop et de De père en flic - avaient très bien performé sur les écrans, ce qui a donné une saison exceptionnelle, expliquait jeudi Éric Bouchard, président de la Corporation des salles de cinéma du Québec. Cette année, 1991 et La Chute de l’empire américain ont eu à peu près le même effet.

Selon M. Bouchard, les Québécois avaient perdu le goût d’aller voir des films du cru entre 2012 et 2016. Mais les deux comédies grand public de 2017 les ont ramenés au cinéma, et ils sont revenus, dans une moindre proportion, cet été, croit-il.

M. Bouchard, qui est copropriétaire du Cinéma Saint-Eustache, croit que l’année 2018 sera un bon cru, avec 1991 et La Chute de l’empire américain qui n’ont pas fini leur carrière en salle, La Course des tuques qui prendra l’affiche en décembre, puis A Star Is Born et le film sur Neil Armstrong qui s’en viennent cet automne.

Pour la Corporation des salles de cinéma du Québec, il s’agit de bonnes nouvelles, «dans un contexte où les prédictions quant à l’avenir du cinéma en salle sont souvent peu optimistes», notamment à cause des plateformes comme Netflix. «Il y a encore des gens qui veulent voir un film sur grand écran (...) les chiffres le démontrent cet été», résume M. Bouchard.

***

LES 10 FILMS AYANT CUMULÉ LES PLUS IMPORTANTES RECETTES AU QUÉBEC CET ÉTÉ

  1. Avengers: Infinity War (8 735 012 $)
  2. Incredibles 2 (6 120 505 $)
  3. Jurassic World: Fallen Kingdom (5 882 389 $)
  4. Deadpool 2 (4 815 181 $)
  5. Mission: Impossible - Fallout (4 727 468 $)
  6. Hotel Transylvania 3: Summer Vacation (3 769 057 $)
  7. Solo: A Star Wars Story (2 791 035 $)
  8. 1991 (2 717 943 $)
  9. Ant-Man and The Wasp (2 424 572 $)
  10. La Chute de l’empire américain (2 399 177 $)