Le retour du chien Max, Thom Yorke et la terreur

La citation de la semaine

«C’est mieux qu’il y ait un minimum de gens déçus.»

— Olivier (Romain Duris) qui explique à son fils Elliot, 9 ans, les vertus de la démocratie lors d’un vote qui va décider de l’avenir familial dans Nos batailles de Guillaume Senez.

Premières images

On dira ce qu’on voudra, mais Illumination a le tour avec les films d’animation (Détestable moi et cie). Avec Comme des bêtes (2016), on jouait sur une prémisse intéressante: que font réellement nos animaux de compagnie quand nous sommes partis? Les péripéties du chien Max étaient au cœur du long métrage. La suite lui en réserve d’autres tout aussi surprenantes si on se fie au premier extrait. Succès assuré. Sortie prévue: 7 juin 2019.

Trame sonore

Luca Guadagnino s’est attaqué à Suspiria, remake du classique baroque du fantastique d’horreur de Dario Argento (en 1977). Il en a profité pour confier la trame sonore à Thom Yorke. Bonne idée. Le chanteur de Radiohead a prouvé en solo qu’il ne laisse pas sa place pour créer des atmosphères. Il interprète quelques morceaux, mais ses pièces électro-industrielles sont surtout instrumentales — et parfois absolument terrifiantes. Comme Volk qui, dans le film, donne lieu à un véritable morceau de bravoure de danse contemporaine. Et qui s’avère semblable à un cauchemar éveillé. Bonne écoute...

Retour en arrière

Parlant de Suspiria, Chloë Grace Moretz y joue un personnage secondaire, mais crucial. La jeune actrice, très bonne dans La rééducation de Cameron Post (2018), aura un rôle autrement plus consistant dans Love Is a Gun alors qu’elle se glissera dans la peau de Bonnie Parker. Jack O’Connell (Invincible) sera Clyde Barrow. Ce n’est pas la première fois que la vie tumultueuse du duo de braqueurs de banques des années 30 est portée à l’écran. Arthur Penn a en a fait un film culte, avec Faye Dunaway et Warren Beaty il y a 50 ans (vidéo). Il s’agissait d’une adaptation de The Dillinger Days de l’historien John Toland. Love Is a Gun de l’Espagnol Kike Maillo misera plutôt sur Go Down Together: The True, Untold Story of Bonnie and Clyde de Jeff Guinn. Aucune date de sortie pour l’instant.

En tournage

Nicolas Bedos a fait forte impression lors de ses débuts au cinéma. Irrévérencieux, fêtard, homme à femmes, polémiste, un brin narcissique, selon son célèbre père Guy Bedos, il a fait taire les critiques avec son Monsieur & Madame Adelman (vidéo). Il tourne présentement La belle époque avec Daniel Auteuil, Guillaume Canet, Fanny Ardant, Dora Tillier, Pierre Arditi et Denis Podalydès — excusez du peu. Le scénario est basé sur un sexagénaire, dont le couple est en crise, qui est attiré par une nouvelle attraction qui permet de replonger dans l’époque de son choix. Il choisit alors de revivre la semaine où, 40 ans plus tôt, il rencontra le grand amour… Intrigant.