Le réalisateur Asghar Farhadi lors de son passage à Cannes en 2016

Le film espagnol de l'Iranien Fahradi en ouverture du Festival de Cannes

PARIS — Du glamour et du cinéma exigeant: «Everybody Knows», de l’Iranien Ashgar Fahradi, tourné en langue espagnole avec le couple star Penélope Cruz et Javier Bardem, et l’Argentin Ricardo Darin, ouvrira le 71e festival de Cannes le 8 mai et sera également en compétition pour la Palme d’or.

«Il faut remonter à 2004 et au long métrage La mauvaise éducation de Pedro Almodóvar, pour que le film d’ouverture ne soit ni en langue anglaise ou ni en français», soulignent les organisateurs dans leur communiqué.

Ce n’est pas la première fois qu’un long métrage fera office de film d’ouverture tout en briguant la distinction suprême cannoise. Moonrise Kingdom de l’Américain Wes Anderson (2012), Blindness du Brésilien Fernando Mereilles (2008), My Blueberry Nights du cinéaste hongkongais Wong Kar Wai (2007), Moulin Rouge de l’Australien Baz Luhrmann (2001) ou Basic Instinct du Néerlandais Paul Verhoeven (1992), avaient connu pareil sort.

Décrit comme un «thriller psychologique» par le festival, Everybody Knows suit Laura qui vit avec son mari et leurs enfants à Buenos Aires. «À l’occasion d’une fête de famille, elle revient dans son village natal, en Espagne, avec ses enfants. Un événement inattendu va bouleverser le cours de leur existence. La famille, ses secrets, ses liens, ses traditions et les choix moraux qu’ils imposent sont, comme chacun des scénarios du cinéaste, au coeur de l’intrigue», ajoute le communiqué.

La montée des marches promet d’être glamour pour ce film qui réunit à l’écran le couple à ville Cruz-Bardem, deux artistes souvent présents sur la Croisette. L’actrice espagnole y a notamment remporté un Prix d’interprétation féminine collectif, partagé avec Carmen Maura, Yohan Cobo, Lola Dueñas, Blanca Portillo et Chus Lampreave pour Volver de Pedro Almodovar en 2006.

Javier Bardem avait lui aussi été distingué en 2010 du Prix d’interprétation masculine pour Biutiful d’Alejandro Gonzalez Iñarritu.

Ce sera le huitième long métrage d’Asghar Farhadi, lui aussi un grand habitué du festival. Le cinéaste iranien, scénariste reconnu et spécialiste d’un cinéma réaliste dans sa mise en scène, a remporté le Prix du scénario pour Le client (2016), qui a également valu à l’acteur Shahab Hosseini le Prix d’Interprétation masculine. En 2013, Bérénice Bejo avait elle décroché le Prix d’Interprétation féminine pour Le passé.

La cérémonie d’ouverture du festival de Cannes aura lieu le 8 mai.